Dernière mise à jour: 31.07.21

 

Le boxer est un chien d’origine allemande qui fait partie de la famille des molossoïdes. Très loyal envers sa famille adoptive, il sera grandement impliqué dans la protection de cette dernière. De son origine à ses différents problèmes de santé, en passant par son alimentation, découvrez l’un des meilleurs chiens de compagnie et de garde.

 

La petite histoire de la race

Pour s’occuper au mieux de ce toutou, il est nécessaire de connaître ses origines avant de choisir la niche pour chien qui lui convient. Avez-vous déjà entendu parler du Bullenbeisser d’Allemagne, du mordeur de taureaux ? C’était une race de chien allemande très puissante, loyale et courageuse. Et bien, le chien boxer résulte du croisement entre cette race, qui malheureusement n’existe plus, et le Bulldog anglais.

Par la suite, plusieurs sélections ont été effectuées dans le but d’améliorer la race, en se fixant sur la taille et la couleur de l’animal. Ainsi, toutes les autres couleurs ont été supprimées pour ne garder que le boxer bringé ou fauve. Et de nos jours, l’on peut rencontrer le boxer croisé comme le boxer australien ou le fameux Australian Boxherd qui est un croisement de boxer et de Berger australien.

Un physique parfait

Ces expérimentations ont abouti à un chien superbement bâti. Il se reconnaît facilement par un nez écrasé sur une tête bien proportionnée, le long de laquelle tombent ses oreilles. La mâchoire inférieure est un peu plus avancée que celle du dessus avec un museau large qui témoigne parfaitement sa puissance. Il est fortement musclé, d’ailleurs, cela est parfaitement visible.

De quoi vous dire qu’il porte merveilleusement son nom ! Le tout est enveloppé d’une peau de couleur fauve ou bringée aux poils courts, brillants et serrés, avec des marques blanches et un masque noir. De taille moyenne, c’est une carrure qui regorge de force et d’élégance. Les mâles mesurent entre 57 et 63 cm pour un poids qui se situe entre 30 et 38 kg, quant aux femelles, leurs tailles varient entre 53 et 59 cm pour 24 à 35 kg en moyenne. Cependant, chez le boxer américain, le nez ainsi que le museau sont plus larges.

 

Le boxer : un chasseur né au cœur tendre

Il a longtemps été utilisé pour chasser et tuer les ours, et comme c’est un animal agile et fortement musclé, c’était un candidat parfait pour participer au « Bull-baiting » qui était une pratique qui opposait un taureau à un chien lors d’un combat. Encore heureux que ce sport ait été aboli ! Mais depuis, toujours dans le cadre de son amélioration, ces sélections ont fait de cette race, un chien particulièrement doux avec ses maîtres, mais qui a su garder sa loyauté de départ et qui reste avant tout un excellent chien de défense.

Toutes ces caractéristiques en font un canidé intelligent, remarquablement endurant et sportif, qui en plus est très affectueux et extrêmement sociable avec les enfants qu’il protège comme les siens. Il est aussi très connu pour être un chien débordant d’énergie et très joueur, d’ailleurs vous le remarquerez facilement s’il est malade.

 

Prendre soin d’un bébé boxer

Avez-vous décidé d’adopter un chiot boxer ? Ou bien, est-ce la première portée de votre petit protégé, qui est tout aussi bien votre protecteur ? Il faut d’abord savoir qu’il ne doit pas être séparé de sa mère avant d’avoir 8 semaines. Vous éviterez ainsi de le rendre peureux ou agressif envers les autres chiens. Sachez aussi que son éducation et son dressage doivent commencer dès son plus jeune âge, même si le boxer chien dangereux ne l’est pas tant que ça. C’est ainsi que seront forgés au mieux son caractère et son identité et si besoin est, faites appel à un professionnel du dressage pour développer au mieux ses potentiels et il en a plusieurs !

Pour n’en citer qu’un, ce chien est une véritable jumelle de vision nocturne ambulante ! En ce qui concerne son entretien, c’est tout aussi simple qu’avec les autres races de chiots. Préparez deux gamelles, l’une pour la nourriture et l’autre pour l’eau, un petit lit chaleureux et confortable, des jouets, des brosses, etc. Ensuite, habituez-le aux contacts physiques et il faut aussi qu’il puisse socialiser avec tous les membres de la famille, même le chat ! 

Comment bien nourrir un boxer ?

Pour que l’espérance de vie d’un chien soit au maximum, son alimentation y est pour quelque chose ! Apprenez que le boxer est très gourmand ! Cela dit, il faut être correct dans le rationnement de ses repas journaliers. Vous pouvez soit lui acheter des croquettes, soit cuisiner vous-même pour être certain que ce sont des aliments frais et sains.

La quantité dépend de l’âge du chien, de son poids, de son sexe et de ses efforts physiques quotidiens, car ne l’oublions pas, c’est un vrai sportif ! Quoi qu’il en soit, prenez le temps de lire les indications sur le paquet de croquettes et/ou de consulter votre vétérinaire. Pour ce qui est de la fréquence, il doit manger 2 à 3 fois par jour et espacez les repas d’au moins deux heures pour laisser à son estomac suffisamment de temps pour digérer et éviter les problèmes gastro-intestinaux.

 

Les problèmes de santé fréquents

Comme c’est un chien de race, le boxer n’échappe pas à certaines maladies héréditaires pour la plupart des cas. Il est même connu pour avoir une santé fragile, ce qui requiert une vigilance particulière. Ce sont des problèmes respiratoires dus à ses narines écrasées, des problèmes cardiaques comme la cardiomyopathie ou la sténose aortique, ou articulaires comme l’arthrose ou la dysplasie de la hanche, un cancer de la peau, ou encore la dilatation et torsion de l’estomac. Sachez également qu’il est allergique au porc et à ses dérivés.

Si la durée de vie d’un chien croisé est généralement de 16 à 18 ans, celle du boxer varie entre 10 à 12 ans et peut énormément être raccourcie si ces maladies ne sont pas traitées correctement et le plus tôt possible. Donc, un régime alimentaire adéquat, des exercices physiques quotidiens ainsi qu’une bonne hygiène sont la garantie d’une vie saine pour votre chien et préviennent au mieux ces maladies.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES