Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Comme les hommes, nos animaux de compagnie peuvent souffrir d’obésité. À force de grossir, ils vont perdre petit à petit leur dynamisme. À la longue, ils s’exposent à certaines maladies, ce qui réduit leur espérance de vie. Ainsi, pour les préserver de tout ça, des solutions dont nous vous parlons ici existent.

 

Définir le fond du problème

La première étape à suivre est de définir la cause qui conduit à cette instabilité. Effectivement, la prise de poids de votre ami peut s’expliquer de plusieurs manières. Cela ne se limite pas seulement à un déséquilibre alimentaire. La problématique peut venir de nombreux facteurs externes.

 

  1. Des nourritures trop riches

Certains maîtres n’hésitent pas à combler le désir de leurs animaux en leur donnant des petites choses à grignoter à toute heure de la journée. Certes, on les aime énormément et on souhaite leur offrir le meilleur. Cependant, il faut penser à leur santé. Les chats sédentaires qui vivent en appartement ne dépensent que peu d’énergie. À cet effet, il s’avère important de réguler leur mode d’alimentation.

 

  1. Des troubles du comportement

Les agents externes qui conduisent souvent à ce type de maux restent variables. Mais dans la plupart des cas, cela part d’un bouleversement du mode de vie de l’animal. La perte d’un être cher au sein de la cellule familiale lui cause du tort. Tout comme les hommes, il éprouve des sentiments. Le changement de son environnement constitue aussi un levier probable pour ce déséquilibre.

 

  1. Les maladies, les traitements et la stérilisation

Ces agents peuvent causer le surpoids de votre matou. Aussi, il faut y prêter attention et adopter les meilleures démarches pour l’empêcher de tomber dans l’obésité. En gros, tout ce qui est susceptible de modifier le métabolisme et le psychique de votre boule de poils peut entraîner sa prise de poids.

 

 

Les solutions à mettre en œuvre

Après avoir décelé le fond du sujet, il est temps de prendre les dispositions qui aideront le chat à maigrir. Plusieurs démarches doivent être adoptées, à commencer par la pratique d’activités.

 

  1. Le sport, c’est la santé

Cela semble anodin, mais, en réalité, beaucoup de maîtres sont confrontés à ce type de problématique. Comme les félins domestiqués n’ont pas à effectuer d’effort pour se procurer à manger et que tout leur est servi sur un plateau, les surplus de protéines s’accumulent dans leurs corps. À cet égard, il devient important de les aider à dépenser le maximum d’énergie. Pour y arriver, les jouets constituent un moyen efficace. 

En outre, n’hésitez pas à offrir au vôtre un arbre à chat où il pourra se défouler. Lui trouver un ami se dévoile aussi comme une option favorable. Ils s’amuseront ainsi et sauteront partout ensemble. Pour les plus évolués et les plus insolites, il y a le tapis de marche. Certains professionnels obligent les animaux en surpoids à pratiquer ce sport.

 

  1. Les médicaments antistress

Les traitements de ce genre existent bel et bien. Ces substances sont facilement accessibles. Il n’y a pas besoin d’ordonnance pour les récupérer. En premier, nous vous conseillons Feliway. Ce produit représente exactement la phéromone naturelle engendrée par ces félins. Ces bêtes en mettent partout où ils se sentent en sécurité. On dit qu’ils marquent leur territoire. 

À cet effet, pour limiter les conséquences d’un déménagement, par exemple, ajoutez quelques gouttes de ce remède dans toute la maison, votre compagnon s’y sentira à l’aise. Car oui, un chat anxieux a tendance à se goinfrer tout comme les humains sont en proie à la boulimie. En outre, il y a aussi le Zylkène. Il s’agit de complément alimentaire antistress.

 

 

Apprendre à bien alimenter son chat

Dans la mesure où la santé de notre matou en dépend, il semble logique de ne pas laisser au hasard sa nutrition. L’aider à bien manger repose sur les principes suivants.

 

  1. Le nourrir régulièrement avec la bonne quantité

Les habitudes de certains maîtres suscitent la prise de poids de leur bête. Lui donner une boîte de pâté en rentrant du travail le soir ne s’avère pas être la meilleure option. Il faut lui servir à manger à des intervalles de temps stricts et à répétition. Dès son plus jeune âge, familiarisez-le à se restaurer petit à petit et surtout pendant la nuit. Le mieux est de le rendre le plus autonome possible. Ainsi, il ne voit pas en vous que sa source d’alimentation. 

Pour vous encourager dans cette démarche, pourquoi ne pas adopter les distributeurs automatiques de croquettes. Avec ce système, votre animal de compagnie garde son instinct naturel et n’éprouve pas le besoin de miauler pour trouver à manger.

 

  1. Privilégier les rations équilibrées

Les vétérinaires nous conseillent d’adapter la quantité de nourriture de nos félins en fonction de leur masse corporelle. Un chaton ne devrait pas ingurgiter la même dose de croquettes qu’un chat adulte. Aussi, faites le compte en prévoyant 40 à 50 g d’aliments pour chaque kilo. Une bête qui pèse 2,5 kg doit disposer de 150 g de repas. 

Pour la composition de ce dernier, il vous faut préparer une mixture qui contient 20 % de viandes. Vous avez alors le choix entre du bœuf, du tartare, de la volaille ou du poisson. Des céréales cuites constituent les autres 20 %. Des légumes verts cuits conviennent pour la tierce. Pour le reste, ajoutez quelques gouttes d’huiles et de vitamines. Quant aux fréquences de l’alimentation, le mieux semble de les répartir 4 à 5 fois dans la journée.

 

  1. Ne pas oublier l’eau

Certes, on voit rarement un chat sauter dans la piscine ou s’amuser dans une flaque d’eau. Toutefois, son maître doit penser à lui faire boire de temps à autre. Son bol d’eau doit être entretenu et rempli tous les matins. Aussi, avant de sortir de la maison, assurez-vous d’avoir effectué cette tâche.

 

  1. Pas de reste du dîner ni de sucrerie

C’est le geste le plus proscrit à ne jamais entreprendre lorsqu’on possède des animaux de compagnie. Nos chats, tout comme nos chiens, ne doivent pas manger le reste de nos repas. Certes, cela facilite la responsabilité du maître. Toutefois, cette habitude nuit indéniablement à la santé du minou. Et arrêtez de les gâter avec les friandises à tout bout de champ. Pour leur offrir le mieux en matière de croquettes pour chat, voici notre liste des meilleurs produits.     

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Selon les conditions, la perte de poids est normale chez le chat, ou non. Si vous remarquez que le vôtre a maigri, pensez à l’observer plus souvent. Déterminer la cause s’impose, car cela peut résulter d’une maladie. En trouvant l’origine de ce changement, vous aurez la possibilité d’y remédier. Voici donc quelques-unes des sources du problème.

 

De la nourriture non compatible

Lorsqu’un chat perd du poids, c’est la première chose à laquelle le maître pensera. Il faut savoir que les besoins diffèrent selon le matou. Son alimentation peut ne pas correspondre à sa condition physique. De ce fait, il maigrit même s’il mange sa ration tous les jours.

Pour trouver la bonne nourriture, basez-vous donc sur ce qu’il fait durant ses journées. On constate en effet des chats plus actifs que d’autres. Tenez également compte de son âge, car un animal de 5 mois ne nécessite pas les mêmes apports qu’un autre de plusieurs années. Il faut aussi souligner son poids, du fait qu’un félin obèse devra manger moins qu’un autre normal.

En outre, il est possible que le goût ne l’intéresse pas et il préfère s’abstenir. Dans ce genre de cas, vous remarquerez que sa gamelle n’a presque pas été touchée. Il faut donc penser à changer la saveur du produit que vous avez acheté. Les croquettes pour chat sont aujourd’hui disponibles avec un goût de viande, de soupe, de poisson, de soja et autres. Variez de temps en temps votre recette pour qu’il en ait plus envie.

 

Il couve des vers ou autres parasites

La perte de poids d’un félin provient parfois de la présence de parasites. En général, les vers en sont la cause. Ces derniers mangent en effet une part de la nourriture que le chat a ingurgitée. De ce fait, son apport nutritionnel est réduit. Il va donc de soi qu’il maigrit à vu d’œil. Pensez alors à vous débarrasser de ces indésirables en lui donnant un vermifuge. Cela devra se faire tous les 30 jours environ si votre animal a moins de 26 semaines. Passé cet âge, cela devra se faire tous les 3 mois.

Rappelez-vous en outre que n’importe quel type de cure ne conviendra pas forcément à votre boule de poils. Pensez donc à demander l’avis d’un vétérinaire pour éviter des réactions indésirables. Un excès de puces ou d’insectes suceurs de sang cause aussi l’amaigrissement du matou. N’hésitez alors pas à vous servir d’un antipuce pour vous en débarrasser.

 

 

La vieillesse

Même si cela ne se voit pas directement dans son comportement, le fait de maigrir provient également de l’âge de votre chat. Arrivé à un certain nombre d’années, votre matou commencera à peser de moins en moins lourd. En effet, une fois âgé, différents problèmes apparaissent chez cet animal, comme pour tous les autres. On peut par exemple citer l’arthrose qui lui crée des douleurs au niveau des articulations. Ne se sentant pas à son aise quand il se déplace, il voudra rester tout le temps à un endroit fixe. Le manque d’activité physique, en plus de la maladie, entraînera alors progressivement une perte de poids.

L’insuffisance rénale chronique engendre aussi ce problème. Même si cela n’est pas fatal, tant que l’un des reins fonctionne, il y a tout de même des conséquences. On constate des inflammations dans certaines zones de son corps, dont certains au niveau buccal. On trouvera également d’autres soucis mineurs. Cela réduira donc l’envie de manger amenant à l’amaigrissement.

 

Un aliment qui ne passe pas bien

Même si votre chat bénéficie d’une alimentation adaptée à sa condition, il aura parfois  des problèmes au niveau de la digestion. Certains éléments sont en effet plus lourds que d’autres, ce qui peut engendrer la perte de poids.

Deux cas se présentent alors. Le premier se manifeste par des vomissements répétés. Si le chat le fait une ou deux fois, nul besoin de s’inquiéter. Mais si la fréquence augmente, pensez à le diagnostiquer au plus tôt chez le vétérinaire. En ce qui concerne le second, vous remarquerez que l’animal a la diarrhée. Ses matières fécales ne sont plus solides, mais présentent une texture liquide et il remplit rapidement le bac à sable. Cela provient sûrement d’une inflammation intestinale, d’un problème au niveau de l’estomac ou autre chose.

Si cela se présente, assurez-vous de disposer d’une fontaine d’eau à disposition, car l’animal voudra se réhydrater régulièrement. Cela aidera à panser les lésions internes, mais aussi à nettoyer son estomac.

 

 

Autres maladies causant également ce problème

Si vous ne remarquez aucune de ces complications mentionnées plus haut, l’amaigrissement provient d’autres types de maladie. Dans certains cas, cela est dû à du diabète. S’il aime particulièrement les aliments sucrés, ce mal-être n’est pas à proscrire. Mais il y a aussi l’hyperthyroïdie. Il souffre donc de l’hypertension.

Les tumeurs sont également une pathologie qui entraîne un amincissement chez le minou. Il y a généralement sécrétion d’éléments perturbateurs dans son corps à cause du cancer. Ce dérèglement amène alors à la perte de poids. Mais quelle que soit l’origine du problème, il est conseillé d’aller voir un médecin animalier. Il pourra trouver aisément la source et vous aidera à y remédier.

 

Des efforts physiques plus intenses que d’habitude

Si votre compagnon avait l’habitude de rester vautré sur le canapé auparavant, mais qu’il a décidé de se promener plus souvent ou de jouer plus, il est naturel que son poids diminue. En effet, les dépenses calorifiques ont augmenté, alors que l’apport n’a pas reçu de modifications. On remarque cela durant les changements de saison. Tout comme les humains, les chats préfèrent rester au chaud sur leur coussin, que de faire la ronde quand il gèle dehors. Une fois que la température remonte, il voudra se dégourdir et peut même se promener toute la journée.

Dans ce genre de situation, la perte de poids n’est pas classée comme un problème, mais plutôt le contraire. Il transformera sa réserve de graisse en muscle et restera en forme. Cela lui évitera alors l’obésité, ainsi que tous les soucis qui viennent avec.

 

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Même s’il le laisse rarement paraître, un chat a besoin de beaucoup d’attention. Sa vie à la maison demande de nombreux accessoires afin qu’il reste en bonne santé et joyeux. Il en sera de même si vous prévoyez de l’emmener en vacances. Vous trouverez dans cet article tout ce qu’il vous faudra apporter en voyage.

 

La santé avant tout

Bien avant de partir en vacances, pensez à faire une visite chez le vétérinaire. Un constat de l’état de santé de votre animal s’impose en effet pour s’assurer qu’il soit en forme pour le type de déplacement. Si vous avez le feu vert, une trousse de secours spéciale devra se trouver dans les affaires du matou.

Dans ce petit sac, on recommande la présence d’une couverture de survie, une brosse, un atèle s’il se fracture une patte, des seringues jetables pour les médicaments liquides, une bande élastique pour les pansements, un thermomètre digital, des gants, ainsi que différentes pinces pour les griffes, les tiques et autres. Apportez également son carnet de santé pour que les médecins animaliers locaux puissent déterminer ses antécédents et le soigner correctement s’il a des problèmes durant votre séjour.

Ne ratez surtout pas les heures des médicaments si le vétérinaire lui en a prescrit. S’il ne se sent pas bien, il risque en effet de devenir agressif ou de ne plus manger. Une indigestion surviendra aussi s’il stresse beaucoup et qu’il ne prend pas ses calmants.

 

Ne pas négliger le confort

Un chat est un animal pépère qui apprécie son confort à la maison. Lorsque vous l’emmenez en voyage, vous le privez de manière brusque d’un environnement dans lequel il se sent bien. Cela engendrera  des changements de comportement qu’il faut contrôler. Pour cela, plusieurs articles sont à apporter dans vos affaires.

Pour éviter de le désorienter totalement, commencez par amener son coussin préféré. Un félin domestique a toujours un endroit où il passe le plus clair de son temps à dormir et à se détendre. Il s’accoutumera alors plus vite au nouvel espace si vous emportez cet accessoire. 

Dans la mesure du possible, n’oubliez pas le griffoir qu’il utilise régulièrement. Celui-ci a la même importance que le produit précédemment mentionné. Si vous vivez dans un appartement, il va de soi que vous lui avez donné une balle pour qu’il s’amuse. Mettez-la également dans le sac dédié à votre chat.

 

 

Tout pour sa toilette

Lorsque vous emportez un chat, il ne faut pas non plus oublier le côté hygiénique. Du fait qu’il ne fait pas ses besoins n’importe où, pensez à disposer de sa litière dans vos bagages. Il se sentira mieux avec cet article. Il va de soi que les accessoires comme la pelle et des sacs en plastique doivent accompagner ce bac. Quelques produits pour l’entretien s’imposent aussi si vous ne voulez pas vivre avec une forte odeur d’excréments dans la voiture ou dans votre maison de vacances.

Dans la cage de transport, pensez à installer une serviette de toilette absorbante. Vous n’aurez peut-être pas le temps de le sortir en route pour qu’il fasse ses besoins, au milieu de nulle part.

Prévoyez aussi des gants au cas où le stress le fasse vomir ou qu’il présente des signes de diarrhée et qu’il vous faille tout nettoyer. C’est en outre un outil indispensable dans diverses situations.

 

Les accessoires pour le repas

Lors du trajet ou arrivé à destination, votre animal de compagnie aura besoin de manger. C’est d’ailleurs l’une des raisons principales pour lesquelles vous ne pouvez pas le laisser à la maison. Pensez donc à sa gamelle quand vous partez en voyage. Cela vous permettra de lui offrir sa nourriture dans son assiette quotidienne. Il présentera ainsi plus d’appétit et ne s’abstiendra pas lorsque la famine le guette.

Pour que votre ami soit en bonne santé durant les vacances, ne changez surtout pas son alimentation. Apportez les mêmes croquettes que vous lui donnez habituellement. Cela l’aidera aussi à s’accommoder au nouvel environnement dans lequel vous l’avez amené. Par ailleurs, installez un récipient pour l’eau dans sa cage de transport. Cela lui permettra de s’hydrater à tout moment.

 

 

Des articles pour la promenade

Il va de soi que lorsque vous emmenez votre chat avec vous en vacances, vous n’allez pas le laisser dans la maison de location durant tout le séjour. Il y aura un moment où vous allez le sortir pour une petite balade. Cela lui permettra également de se défouler un peu, comme le reste de la famille. De ce fait, des accessoires s’imposent vu que vous ne le laisserez pas se promener seul.

Pensez donc à vous munir d’une laisse pour le voir gambader à vos côtés et lui permettre de se dégourdir les pattes. Choisissez un modèle élastique, pour obtenir plus de confort. Ensuite, apportez un harnais. Il est conseillé de ne pas se servir d’un collier durant les vacances, ou lorsque vous êtes chez vous d’ailleurs. Cela risque de le blesser s’il s’agite excessivement pendant la promenade. C’est généralement le larynx qui est touché, lui causant ainsi une grande douleur. 

Bien sûr, procurez-vous un nouveau harnais pour chat si vous n’en avez pas encore ou si celui en votre possession a subi des détériorations. De nombreuses boutiques animalières et des sites dédiés proposent en effet ce type de produit.

Par ailleurs, il faudra le choisir avec discernement. Le confort de votre matou importe grandement, car il pourrait ne pas l’apprécier s’il se sent à l’étroit ou si ce dispositif est trop serré. Assurez-vous donc de disposer de la bonne taille lors de votre sélection. Prenez le tour de poitrine du minou pour trouver le plus performant. Certains disposent en outre de sangles à velcro, vous permettant ainsi de l’ajuster. Par ailleurs, si vous souhaitez donner un look mignon à votre matou, il y a des spécimens avec des designs assez agréables et des couleurs variées.

À moins de vouloir en acheter sur place, tous ces articles devront se trouver dans vos bagages lorsque vous partez en vacances avec votre chat. Cela vous évitera en outre des problèmes, en ce qui concerne sa santé.

 

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Contrairement aux chiens, il est rare de voir un chat avec son harnais. Cet animal est connu pour ses besoins d’indépendance. C’est pourquoi le propriétaire ne trouve pas le courage d’utiliser cet équipement sur lui. Cet article va vous aider à familiariser la bestiole avec son harnais même s’il est déjà adulte. Avant d’entrer dans le vif du sujet, détaillons d’abord l’importance de ce dispositif.

 

Intérêt du harnais

Cet accessoire est d’une grande utilité pour permettre à votre chat de vous accompagner partout. Il n’est plus obligé de rester dans l’appartement quand vous vous promenez. Cet équipement joue un rôle crucial lorsque vous ne disposez pas de jardin à la maison. Grâce à lui, il peut déambuler en toute tranquillité à l’extérieur en votre compagnie. Si votre polisson s’habitue à cet accessoire pendant son enfance, il s’adaptera sans problème à la situation même quand il devient adulte.

Le harnais se définit comme une proposition plus sécurisante, car il enveloppe les épaules, le ventre et la poitrine de votre ami. C’est au niveau des omoplates que vous installez l’attache de la laisse. Certains propriétaires ne connaissent pas leur force et peuvent très bien tirer un peu trop fort en défaveur de l’animal. Cela réduit considérablement le risque de blessure. Pour garantir sa protection, il est ainsi crucial de dénicher le bon harnais pour chat. Il peut paraitre ardu d’habituer l’animal à son harnais. Pour vous aider à franchir cette étape, retenez bien les conseils évoqués ci-après.

 

Ne forcez pas l’animal

La persévérance constitue l’élément clé à prendre en considération pour obtenir de meilleurs résultats. L’erreur fondamentale consiste à forcer votre chat à porter son harnais. Il s’avère impératif de vous armer de patience. N’oubliez pas que cet animal se caractérise par son besoin d’indépendance.

De plus, sachez que le félin possède une mémoire sensitive. À cet effet, il associe une mauvaise expérience à une situation particulière, un objet ou une personne. Si son souvenir est donc désagréable, il reste inutile d’espérer qu’il réessaie une nouvelle sortie. Évitez alors de le terroriser. Suivez son rythme et décalez la nouvelle tentative à deux ou trois jours après.

Il faut préciser que les félins sont de nature peureuse. Ne vous avouez pas vaincu lors du premier essai. Le manque de confiance est tout à fait normal pour une épreuve initiale. Avec quelques entraînements, vous apercevrez que votre ami sera plus serein une fois dehors.

 

 

Commencez doucement

Il est vivement recommandé de commencer l’exercice petit à petit. Vous pouvez l’entraîner avec le harnais dans la maison. Il peut de ce fait se promener partout avec le dispositif qui traîne derrière afin de supprimer ses craintes. Une laisse plus courte au début lui épargnera de rester coincé en votre absence ou pire s’étrangler. Au fur et à mesure que le félin se détend, vous pouvez l’allonger.

Cette répétition à l’intérieur vous donne l’opportunité d’examiner si l’exemplaire reste bien confortable sur l’animal. Dans le cas contraire, remplacez-le immédiatement par un autre article plus approprié. Quand il se sent bien à l’aise avec ce dernier, vous pouvez envisager de le tester dehors.

Tous les chats ne vous rendent pas la vie facile. Si certains se montrent plus dociles, d’autres n’acceptent pas aisément cet équipement. Il faut ainsi trouver une idée pour détourner leur attention. Parmi les plus connues, les friandises marchent à tous les coups. Offrez à l’animal ses sucreries préférées. Vous pouvez même le féliciter lorsqu’il porte son harnais sans problème et qu’il se déplace avec le dispositif. N’oubliez pas que les félins sont très intelligents. Ils apprécient beaucoup d’être le centre d’attention. Le port du harnais ne doit pas s’étendre sur des heures. Dès que vous remarquez un progrès de sa part, augmentez cette durée de manière progressive.

 

Choisissez minutieusement le bon endroit

Pour réduire l’anxiété de votre meilleur ami, privilégiez un environnement plus tranquille lors de la première sortie. Les promenades en pleine ville constituent une grave erreur. Elles ont tendance à le paniquer avec les bruits et la présence humaine. Optez donc pour une zone calme et sécurisante au cours de cette tentative. Un endroit clos semble parfait pour cette nouvelle expérience. Sa première réaction est généralement de renifler les entourages. Laissez-le choisir sa direction pour découvrir le monde à sa manière. Dès qu’il se sent bien à l’aise avec l’idée d’être dehors, vous pourrez prolonger la durée de la sortie.

Un autre conseil marquant, promenez-vous avec votre chat pendant les journées sèches. Quand il a plu la veille ou s’il pleut au moment de la balade, il risque de perdre ses repères. De plus, il n’y a rien de plus inconfortable que de déambuler dans les jardins humides.

 

 

Optez pour le bon harnais

Certaines personnes ont tendance à comparer les chats aux chiens. Toutefois, ils affichent des caractéristiques tout à fait différentes, surtout lorsqu’il s’agit de prendre l’air à l’extérieur. N’espérez pas ainsi que votre ami trotte euphoriquement derrière vous durant la balade. Une chose est sûre, il ne le fera pas.

Choisissez alors un harnais qui est conçu spécialement pour les chats. La référence doit être solide pour prévenir des blessures ou la fuite par moment d’égarement. Au moindre stimulus qui ne lui est pas familier, il panique tout de suite. Si le produit n’est pas fiable, la tension exercée par l’animal pourrait en venir à bout. Privilégiez donc un exemplaire de qualité et robuste garantissant le confort du félin.

Évitez aussi d’équiper votre chat d’un collier. Encore une fois, il ne ressemble pas au chien. Cela le mettrait certainement en danger. Cet accessoire peut blesser sa trachée et ses vertèbres cervicales. Le harnais remplace parfaitement le collier. Cet outil répartit son poids et limite ainsi les coups.

En comparaison avec les harnais pour chien, ceux des chats doivent être à la fois souples et légers. Éloignez-vous des articles en cuir, car ils restent assez rigides pour eux. Comme ils sont de nature indépendante, nous encourageons vivement un dispositif élastique et modulable pour suivre ses mouvements.

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Une promenade en laisse se fait tout aussi bien avec un chat qu’avec un chien. Le seul problème avec les félins réside dans le fait qu’ils ne sont pas particulièrement coopératifs. Avec un collier, ils risquent de s’étrangler ou se blesser, car ils gigoteraient beaucoup. Le harnais reste donc la solution la plus sûre. Mais il faut savoir le lui enfiler.

 

Pourquoi promener le chat ?

Même s’il semble paresseux, un chat a aussi besoin de se dépenser de temps en temps. C’est l’une des raisons pour lesquelles on installe un arbre à chat dans la maison. Ceux qui disposent d’un logement assez grand ont créé un genre de parc suivant les murs pour que l’animal puisse se défouler. Bien sûr, si vous possédez un jardin, il suffit de le laisser gambader.

Toutefois, certains espaces ne suffisent pas pour permettre à cet animal de décompresser comme il le devrait. De ce fait, la promenade hors de la maison s’impose. Cela l’aidera à se sentir à son aise, car non seulement il fera un peu d’exercices, mais en plus, il s’épanouira beaucoup mieux en voyant de nouveaux paysages et peut-être d’autres chats.

Une fois rentré, vous remarquerez que votre matou sera plus actif et joyeux après une bonne balade. Cela l’aide en outre à rester en bonne santé, car il aura fait suffisamment de dépenses en énergie. Cela lui évitera de devenir obèse.

 

Trouver le bon produit

La première étape à suivre consiste à dénicher un harnais qui lui conviendra. Pour ce faire, commencez par prendre ses mensurations au niveau de la poitrine et du cou. Vous déterminerez ainsi plus facilement la taille du produit à acheter. Un harnais maintiendra confortablement votre animal, sans qu’il se blesse s’il s’agite fortement durant la sortie. 

Optez alors pour un article qui se marie bien avec son allure. La matière de fabrication ne doit pas l’irriter. Certains modèles engendrent des démangeaisons et finissent par égratigner les parties en contact. Préférez donc un spécimen répondant aux normes. Afin de vous aider à dénicher le bon harnais, voici notre liste des meilleurs produits disponibles actuellement sur la Toile. Comparez-les pour dénicher facilement celui qui vous conviendra.

En outre, la laisse à laquelle vous allez l’attacher doit remplir quelques critères. À l’inverse d’un chien, un chat n’apprécie pas les articles encombrants. Optez alors pour le modèle le plus léger que vous verrez. Ensuite, préférez un modèle élastique pour lui permettre d’aller un peu par-ci par-là. Même s’il n’a pas autant de force qu’un canidé, il voudra tirer de temps en temps pour le plaisir de se promener.

 

 

Enfiler le harnais

La facilité de cette étape dépendra entièrement de l’humeur de votre minou. S’il s’agite beaucoup, laissez-le se calmer avant de le faire. Si vous essayez de le lui mettre lorsqu’il se trouve dans cet état, il risque de mal réagir. En effet, le matou vous griffera si vous le forcez quand il ne veut pas. Par ailleurs, cet animal peut se blesser en se débattant, particulièrement au niveau du larynx. Le harnais est certes moins dangereux que le collier, mais cela n’empêche pas la possibilité de l’égratigner, ou pire encore. Ayez donc de la patience lorsque vous enfilez ce produit.  

Pour lui mettre cet accessoire, commencez par déverrouiller le clip et relâcher légèrement le serrage de la partie au niveau du cou. Assurez-vous qu’il soit bien large, car s’il se sent mal à l’aise, il cherchera à s’en débarrasser dès la première seconde où vous le laisserez. Introduisez ensuite sa tête dans l’anneau le plus petit. Les pattes avant entrent automatiquement une fois que son crâne se trouve en place. Dès que c’est fait, réajustez la sangle afin qu’elle lui aille correctement. Et enfin, refermez la boucle qui se place sur le côté.

 

Le laisser s’y habituer

Une fois le harnais en place, ne mettez pas directement la laisse pour partir en balade. Que ce soit la première fois qu’il le porte ou la 50e fois, il voudra toujours l’enlever, car cela le gênera au début. Donnez-lui donc le temps de s’y habituer.

Afin de l’aider, pensez à l’amuser avec une balle ou tout simplement en le câlinant. Certains maîtres offrent aussi une « petite » quantité de croquettes pour le récompenser et le distraire par la même occasion. Il ne s’agit pas de lui donner un repas entier, car il aura surtout envie de dormir après. 

En le divertissant, il oubliera rapidement la présence du produit. Attendez plusieurs minutes avant de partir de chez vous. Et si vous n’êtes pas pressé, une heure d’attente n’en sera que bénéfique, car il s’accoutumera à cet accessoire. Posez alors la laisse et sortez pour une balade agréable entre chat et maître.

 

 

Lui apprendre la promenade

Tous les chats réagissent différemment lorsque vous l’emmenez à l’extérieur pour la première fois. Quand vous vous trouvez au pas de votre porte, remarquez son comportement. Le côté timide est normal chez cet animal, c’est pourquoi la patience s’impose. Laissez-le observer l’espace hors de son territoire habituel, sans le forcer. En tirant sur la laisse, vous ne ferez que le motiver à rentrer dans la maison. Dans certains cas, la curiosité l’emporte sur la timidité et la paresse. Votre aventure commencera alors à cet instant.

Pour ceux qui vivent en appartement, il faudrait porter l’animal jusqu’au parc. Cela ne ressemble pas vraiment à une balade, toutefois, vous éviterez à votre boule de poils un moment de stress. S’il fait connaissance avec les bruits des voitures en premier, il va de soi qu’il aura peur. Donnez-lui plutôt l’envie de rester à l’extérieur en l’habituant aux autres animaux dans les lieux dédiés aux balades. 

Évidemment, n’allez pas du côté des chiens, car votre sortie risque de mal finir. En général, il y a des coins où l’on remarquera uniquement des chats. À vous donc de les dénicher pour le plaisir et la bonne santé de votre compagnon à quatre pattes. Par ailleurs, ne retirez jamais la laisse et maintenez-la fermement dans votre main si vous ne voulez pas que le matou s’enfuie.

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Le chat est un animal domestique qui a toujours eu sa place dans un foyer. Pour le gâter, certaines personnes choisissent de le promener de temps en temps. Et si vous avez cette même idée, une laisse pour chat ou un harnais pourrait vous être utile.

 

Utiliser un harnais pour ne pas laisser le chat s’enfuir

Le chat est un animal craintif qui n’aime généralement pas les nouveaux endroits. Comme tous les félins, il préfère rester dans sa petite zone de confort. L’emmener dans un lieu où il n’est pas habitué pourrait donc le stresser. C’est pourquoi, si vous songez à faire une petite promenade avec votre chat, utilisez une laisse.

En effet, il y a de fortes chances que le chat puisse avoir peur des bruits environnants (tondeuse à gazon, pots d’échappement, moteurs, travaux sur la chaussée et bien d’autres). Cela risquerait grandement de le pousser à s’enfuir, ce qui n’est pas souhaitable. C’est pourquoi une laisse vous permettra de maitriser votre matou au cas où ce dernier paniquerait. Mais attention à ne pas trop serrer son cou pour éviter qu’il se fasse mal. Il est recommandé d’utiliser un bon harnais pour chat pour ne pas faire souffrir l’animal.

 

Comment habituer son chat avec une laisse ?

Familiariser son chat à une laisse n’est évidemment pas une mince affaire. À moins que vous ne l’ayez fait pendant son jeune âge, cette opération s’avère pénible. Vous devriez alors considérer la personnalité pour le maitriser. Vous pourriez facilement dresser celui de nature curieuse ou sociable avec les visiteurs à l’aide d’un harnais. En revanche, s’il a un caractère plus peureux à la maison, il faudrait insister pour réussir à l’amadouer.

Faites-lui par exemple porter délicatement le harnais pendant que vous le caressez sur vos genoux. De cette façon, le chat ne montrera aucune résistance. Une fois que la laisse a été mise autour de son cou, sortez-le dans le jardin au bout de celle-ci. Cela l’y habituera petit à petit. Lorsque le moment de la promenade sera venu, vous n’aurez aucun mal à le lui passer.

 

 

Préparer son chat avant de le faire sortir dehors avec un harnais

Une fois que votre matou s’est accoutumé à porter un harnais ou une laisse, vous pouvez maintenant le promener. Quoiqu’une petite préparation s’impose pour ne pas effrayer l’animal. Prenez le temps de l’habituer à des espaces peu fréquentés et calmes. Faites le tour du voisinage de manière progressive. Si vous remarquez que le chat est de plus en plus à l’aise, envisagez de le sortir sur des places plus animées.

Néanmoins, il est vivement déconseillé de promener son chat dans un lieu bondé de monde à sa première balade. Il se sentirait menacé par les nombreuses personnes aux alentours : rappelez-vous que c’est un félin au statut de proie. De plus, ça ne ferait que l’intimider vis-à-vis de l’environnement auquel il n’est d’ores-et-déjà pas habitué. Alors, si jamais la boule de poils panique, laissez-le tout de suite entrer dans sa cage et tentez l’expérience une prochaine fois.

 

Quelques avantages d’utilisation d’une laisse 

On constate de nombreux avantages à promener son chat avec un harnais. Tout d’abord, malgré le fait que ce soit un animal très craintif, il se montre aussi curieux de nature. Lorsqu’il part découvrir le monde, il apprendra de nouvelles choses telles des odeurs marquantes ou les bruits de voiture. Cette expérience apportera donc beaucoup à votre boule de poils en matière de développement, mais aussi de bien-être.

Un autre avantage de promener son chat en harnais est qu’il bénéficiera d’un moment de liberté : une occasion pour lui de redécouvrir son instinct de survie. Il se sentira en terre inconnue, ce qui va le pousser à être à l’affut de tout pendant une certaine durée. Certains experts des animaux recommandent même de donner une petite balade à son matou de temps en temps, surtout s’il est du genre à s’enfuir de la maison. Cela satisferait son besoin de découverte et sa curiosité, et diminuerait les risques de fuite.

 

Les précautions à prendre pour promener son chat en laisse

Contrairement aux chiens qui adorent flâner avec leurs maitres, les chats ont un comportement différent. Il vous faut être vigilant pendant la promenade au risque de les pousser à s’enfuir pour de bon. Par conséquent, ne relâchez à aucun moment la laisse ou le harnais dans votre main au cas où quelque chose vient brusquement paniquer le matou. Par exemple, une rencontre avec un autre chat pourrait l’effrayer puisqu’il n’est pas sur ses territoires.

Si possible, ne lui permettez pas de sortir de sa cage à moins d’être sûr qu’il se calme. Laissez à votre animal le temps de s’apprivoiser aux environs. Mieux encore, attendez qu’il retrouve ses esprits et posez-le sur vos genoux pendant une certaine durée. Dès que vous remarquez qu’il est rassuré et se sent en sécurité, vous pouvez le reposer à terre.

 

 

Tous les harnais conviennent-ils à mon chat ?

Il existe différentes sortes de laisses et de harnais à offrir à votre boule de poils, seulement pour son bien, prenez en considération certains critères avant d’en acheter. Et n’oubliez pas, l’important est que l’animal ne souffre ni ne s’étouffe.

Le premier élément est la longueur. Sachez que les félins aiment jouer, d’où le harnais ou la laisse ne devrait pas le limiter. Au contraire, il faut que le matou puisse toujours se mouvoir librement. Cela est uniquement possible avec une référence assez longue.

Un autre facteur à tenir en compte, c’est le confort que le chat pourrait avoir. Effectivement, certains modèles peuvent oppresser l’animal parce qu’ils sont trop serrés. Optez plutôt pour les harnais enveloppants qui répartissent bien la pression sur toute la musculature du félin. De plus, ils sont pour la plupart faits en nylon et avec des rembourrages pour le mettre à l’aise. À cet effet, le chat ne risque pas de suffoquer dans ses mouvements. Votre chat mérite le meilleur !

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Le chat se dévoile comme un compagnon idéal au quotidien. Il nous procure de l’amour, de la tendresse et nous fait beaucoup de bien. Mais dans bien de moments, cette bestiole, d’habitude calme et posée, se transforme en un pro de la destruction. Lisez ici comment expliquer ce phénomène et comment l’aider à dépasser ce stade.

 

Mon chat saccage la maison et les meubles

Certains objets et styles d’aménagement stimulent l’instinct primaire de nos félins et suscitent leurs habitudes de destructeur. Ils trouvent leur bonheur dans le mordillement des fils électriques apparents ou des linges en lin et particulièrement de griffer et malmener le canapé, le sofa ou encore le fauteuil de papa.

Les vétérinaires classent la plupart de ces conduites (par exemple faire ses griffes) comme un besoin naturel de l’animal. Comme, il ne possède pas de moyens efficaces pour se défaire de celles-ci, il les affine et les soigne au mieux grâce à ce procédé.

Par ailleurs, il existe des bêtes qui montrent un fort penchant pour détruire les objets qui les entourent, intentionnellement. Dans ce cas, ce mal s’explique par leur incapacité à s’adapter à leur environnement ou à leur mode de vie. Souvent, ces déviations découlent aussi de la consommation incontrôlée de produits non adaptés. 

Les félins qui vivent en ville dans les grands immeubles ont des troubles de comportements, liés à leurs habitudes quotidiennes. Ils montrent des conduites bizarres comme manger ou déterrer les plantes d’appartement, ronger et croquer les tissus du canapé ou du sofa. C’est le cas des chats suceurs de laine, qui au final, parviennent à trouer nos pulls et nos linges de maison les plus précieux. 

Ces genres d’animaux sont en général de races asiatiques. Leurs agissements hors normes tiennent d’une raison génétique. Les siamois sont les plus exposés à ces manies qui sortent de l’ordinaire. Ainsi, les maîtres n’ont pas seulement affaire aux griffades du mobilier, mais doivent aussi faire face à ce type de maux. 

En outre, cette problématique touche aussi les bêtes sevrées très tôt et qui ont été nourries au biberon. Elles ont gardé un réflexe de succion beaucoup plus prononcé, ce qui les incite à agir de cette manière avec les tissus dans la maison. Ceux qui souffrent d’anxiété ou de dépression agissent pareillement. Ainsi, les maîtres ne doivent pas s’étonner ni trop s’inquiéter de cette ingestion de substances inappropriées et de leurs effets sur le canapé.   

 

 

Comment gérer son animal de compagnie lorsqu’il lacère les meubles ?

Les capacités des félins à tout mettre sens dessus dessous restent insoupçonnables. Certes, on a l’habitude de voir les gens se plaindre de leurs chiens. Mais, côté matou, il y a peu de personnes qui s’étalent sur le sujet. Or, plus d’un chat détruisent tout sur leur passage. Souvent, ils démolissent le canapé ou le fauteuil avec leurs griffes et s’attaquent également à la tapisserie. À cet égard, il semble grand temps pour le maître de recourir à un répulsif pour limiter le dégât et faire régner plus d’ordre dans le foyer.

Ce type de produit naturel ne contient aucun élément néfaste qui puisse nuire à la santé de l’animal. On le retrouve aisément sur le marché, mais on peut très bien le réaliser soi-même. Cette potion permet de couvrir l’empreinte olfactive déjà laissée et imbibée partout par le chat.

À cet effet, il existe le répulsif naturel en spray :

Ce produit peut être utilisé en intérieur comme en extérieur. Pratique, il agit sur le coup et réussit à éloigner du mobilier les griffes de nos boules de poils. On n’a juste qu’à le vaporiser sur la structure à traiter pour que ça marche. En outre, certains de nos félins marquent leur territoire par le biais de leur urine. Cette manie réduit à néant le niveau d’hygiène dans la maison. Et l’odeur de pipi de chat ne sent pas très bon. Aussi, pour leur apprendre la propreté et les empêcher de faire leurs besoins partout, le répulsif se définit comme la solution optimale. Pour trouver celui qui vous convient, voici notre liste des meilleurs produits.

 

 

Réaliser son répulsif fait maison

Cette tâche reste simple. Habituellement, les professionnels usent d’une mixture d’huiles essentielles. Les ingrédients pour ce mélange s’obtiennent commodément. Certains existent et sont déjà conservés dans nos tiroirs. Il vous suffit alors de mélanger les éléments suivants :

          5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus

          5 gouttes du même composant en version citronnelle

          5 gouttes de lavande

          Le tout à panacher dans deux tasses d’eau.

Une fois le mélange formé, on le transfère dans une bouteille et on l’applique à chaque fois que le besoin s’impose.

Le répulsif à base de poivre se montre efficace sur les chats, mais aussi sur les chiens. L’odeur inconfortable qui en ressort ne plait pas à nos animaux de compagnie. Pour en obtenir en quantité suffisante, procédez ainsi :

          Bouillir une tasse d’eau,

          Y joindre une cuillère de poivre moulu,

          Attendre à ce que les poudres soient complètement diluées,

          Et laissez le tout se refroidir avant d’asperger les coins du canapé

Par ailleurs, le vinaigre blanc éloigne également nos minets. Il suffit de mélanger 100 ml de cette potion avec une trentaine de gouttes d’huile essentielle d’orange. Et le tour est joué. 

 

Les autres solutions que le répulsif

Pour traiter le trouble de comportement de nos petites bêtes, nous devons nous armer de patience. Comprendre le mal depuis son origine va nous aider à trouver les bonnes solutions. Les conseils d’un vétérinaire restent importants.

Dans la majorité des cas, les griffures sur le mobilier se dévoilent comme une conduite instinctive chez nos animaux. Elles permettent de limer leurs ongles. À cet effet, il semble raisonnable d’adopter un arbre à chat ou un griffoir sur lequel le félin puisse se défouler. L’astuce pour l’aider à s’accommoder de cet accessoire au plus vite, est de le placer auprès de l’endroit où il aime dormir. Lui procurer des jouets va réduire son anxiété et le distraire du canapé.

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Quand vient le moment de voyager avec son chien en avion, une bonne préparation s’impose. Contrairement aux enfants, la majorité de ces animaux n’apprécient pas ce genre de déplacement. Comme celui-ci est différent d’une promenade dans les parcs, l’idée d’être séparé de son maître lui fait peur. Pour pallier ce problème, offrez-lui une cage confortable et agréable à regarder.

 

La cage pour chien pour un vol en soute

Il s’agit du genre de voyage que le chien supporte le moins. Bien entendu, certains animaux peuvent très bien se trouver avec leurs propriétaires dans la cabine. Pourtant, ce privilège n’est pas accordé à tout un chacun. Cela dépend particulièrement de leur poids et de la compagnie aérienne.

Pour éviter toute sorte de surprises, il est avant tout recommandé de se renseigner sur ce propos quelques semaines avant le départ. Certaines compagnies n’acceptent pas les chiens. En revanche, d’autres approuvent leur présence. La plupart interdit les races à nez retroussés. Elles se montrent plus sensibles aux changements de température. De ce fait, le transport aérien peut être considéré comme un risque majeur pour leur santé.

Les chiens plus de 8 kg doivent voyager en soute. Si c’est le cas du vôtre, la caisse doit être suffisamment grande et bien aérée. Elle dispose d’un grand espace pour lui permettre de bouger. Sinon, il sera plus stressé et malade à l’arrivée. N’oubliez pas qu’il ne doit en aucun cas sortir de l’accessoire pendant le vol. A cet effet, il lui faut un endroit confortable qui lui donne envie de séjourner.

Dans ce même contexte, la nouvelle cage pour chien est souvent conçue en plastique rigide. La partie supérieure intègre des orifices de ventilation. Quant à la base, cette zone doit être étanche. Articulée ou coulissante, la porte est toujours un peu épaisse. Veillez à vérifier son système de verrouillage avant le départ.

 

 

Le bon accessoire pour un vol en cabine 

Contrairement au modèle précédemment mentionné, celui-ci est réservé aux toutous de 12 semaines. Son poids ne dépasse généralement pas les 8 kg. D’autres compagnies aériennes n’acceptent que les animaux de moins de 5 kg. Pour l’Air France, les chiens d’assistance peuvent très bien voyager en cabine, peu importe leurs poids. Quoi qu’il en soit, le sac ou la cage a ses caractéristiques marquantes.

L’accessoire doit être bien fermé durant le vol. Il se place sous le siège devant celui du propriétaire. Pour que votre animal ne s’étouffe pas, favorisez au maximum l’aération dans la cage. Cette dernière doit être assez grande afin que l’animal puisse se tourner ou se lever. Pour plus de confort, optez pour les sacs étanches et souples.

Quelle que soit la compagnie aérienne de votre choix, il est à souligner qu’un sac n’accueille qu’un seul animal. Dans le cas où l’un de ces règlements n’est pas respecté, vous ne pouvez pas voyager.

 

Choisir uniquement les cages ou sacs homologués

La sélection de ces dispositifs ne se fait pas à la légère. L’exemplaire doit respecter la norme intitulée International Air Transport Association ou IATA. Tous les modèles dans le commerce ne sont pas compatibles à ce règlement. Ils se distinguent de par leur conception spécifique, leurs matériaux de fabrication de qualité et leurs systèmes de fermetures fiables.

Il faut savoir que certaines apparences peuvent paraître trompeuses. Vous pouvez trouver l’indication IATA dans la fiche descriptive. Toutefois, l’aspect visuel ne ment pas. Il est préconisé de demander conseil auprès de la compagnie aérienne. Elle peut vous assurer que la référence est bien la bonne.

 

Savoir bien discerner les cages pour les voyages en avion

Il existe une grande variété des cages sur le marché. À part la norme IATA, de multiples points caractérisent les accessoires pour un voyage en avion. Ceux-ci doivent respecter le poids, les verrous, la fabrication et les dimensions indiquées. Seul le plastique rigide est admis comme matériau de fabrication conforme pour ce genre de matériel. En ce qui concerne la porte, elle doit être composée de tiges en métal. Pour faire la différence, sa finition se révèle être trop renfermée.

Nous déconseillons vivement les sacs en tissus pour des trajets de plusieurs heures. Ils sont parfaits pour un trip en voiture mais dans la majorité des cas, ces articles tendance ne sont pas pratiques pour un long voyage. Dotés de multiples pochettes pour le rangement et de poignées, ils sont réservés aux chiens qui pèsent moins de 20 kg.

 

 

Comment habituer le chien dans sa nouvelle cage ?

Il est tout à fait naturel que votre ami ne supporte pas d’être enfermé dans cet accessoire, quel que soit son design. Pourtant, vous ne devez pas reporter votre voyage à cause de son caprice. Il faut ainsi faire le nécessaire pour qu’il s’habitue dans cet espace clos. Bien entendu, cela requiert de la patience. Néanmoins, les répétitions vous rapprochent aussi de lui petit à petit.

Pour y parvenir, ouvrez cette caisse dans votre salon un ou deux mois avant le départ. Faites en sorte qu’elle soit plus confortable et attirante pour gagner son admiration. Vous pouvez y rajouter des jouets ou des friandises afin qu’il s’introduise dedans. Le but est d’en faire un endroit où il prend l’habitude de se réfugier. Au jour J, il ne sera plus compliqué de le faire rentrer à l’intérieur à l’aéroport.

L’étape suivante est de lui apprendre à résister à la porte fermée. Il reste crucial d’être plus patient pendant cette phase. Dans la majorité des cas, les maîtres ne supportent pas les jérémiades et les rongements de la porte par l’animal et ils finissent par ouvrir l’entrée. Il faut donc fermer la porte pendant quelques secondes. Lorsque vous ne remarquez aucune réaction de sa part, augmentez la durée petit à petit. Il finira par adorer cet espace.

 

Autres préparations à ne pas négliger

Pour que le déplacement avec votre chien ne devienne pas un cauchemar, il faut prendre certaines précautions. Il est conseillé de lui proposer une balade avant le vol afin qu’il soit épuisé pendant le voyage et dorme profondément. Ne lui donnez pas à manger non plus, car il sera malpropre dans la caisse. Si l’animal est de genre anxieux, demandez à votre vétérinaire de lui prescrire un calmant. 

 

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Même si cela ne semble pas très flagrant, un chat est un animal fragile qui requiert aussi beaucoup d’attention. Cela se constate surtout au niveau de son estomac. L’un des problèmes les plus délicats chez les félins, c’est l’allergie alimentaire. Si cela touche le vôtre, que faut-il faire ?

 

Savoir ce qu’est l’allergie alimentaire ?

Pour bien digérer la nourriture, le chat sécrète une enzyme spécifique dans son estomac. Ce fluide lui permet de dissoudre tous les aliments qu’il ingurgite. Chez certains, il y a une faible production, voire aucune. Il faut se rappeler que cela peut arriver à toutes les races, peu importe le sexe ou l’âge de l’animal.

À cause de ce manque, le félin a une réaction allergique. Son système immunitaire s’attaque violemment à certains composants des croquettes ou de tout autre aliment que vous lui avez donné. Il devient alors hypersensible et refoule son repas au bout d’un certain temps.

Le problème avec cette réaction, c’est qu’elle apparaît seulement deux à trois jours après l’intolérance. Le chat a donc eu le temps de manger autre chose. Détecter avec précision le type d’aliment qui a causé l’allergie ne se présentera pas comme une tâche facile.

 

 

Les symptômes

Dans la majorité des cas, le chat se met à vomir. S’il le fait une seule fois, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. En effet, cet animal le fait de temps en temps pour se débarrasser des boules de poils qu’il a ingérées en faisant sa toilette, à titre d’exemple. On peut considérer cela comme un problème quand il commence à le faire à chaque fois qu’il mange.

L’autre symptôme tout aussi courant, c’est la diarrhée. Vous constaterez que votre matou va dans sa litière plus souvent que d’habitude. En outre, ses défécations ne se solidifient pas, mais restent plutôt liquides et sentent plus mauvais qu’en général. Cela devrait donc vous mettre la puce à l’oreille pour chercher une solution.

D’autres cas plus rares se présentent également. Les problèmes de peaux subviennent aussi. Votre chat perd ses poils à une quantité supérieure à la moyenne. Vous le verrez sur son coussin préféré, sur vos habits lorsqu’il se colle à vous pour câliner et même quand vous le caressez. Les démangeaisons sont aussi un symptôme que l’on peut remarquer. Un félin ne se gratte que s’il a des puces qui le gênent. Mais dans ce cas-ci, il se mettra à le faire beaucoup plus souvent. Certaines parties de son corps risquent même les égratignures, quand il se gratte trop fort.

Mais on risque aussi voir des infections sur les oreilles. Cela dérange particulièrement l’animal et nécessite une cure rapide. Mais le plus dangereux pour le félin reste les problèmes respiratoires. Si cela se présente, il faut trouver une solution assez vite.

 

Les aliments généralement à l’origine de l’allergie

Tous les types de nourritures que vous lui donnez peuvent engendrer ce type de réaction. Toutefois, certains sont plus à même de le déclencher et de causer des problèmes graves. Il y a par exemple les protéines d’origines animales, provenant de la viande de bœuf et d’agneau. Rappelez-vous en outre que la majorité des chats ne supportent pas le lait de vache. Pour le savoir, donnez-lui-en en petite quantité et une seule fois. S’il réagit mal, il en est donc allergique. Dans le cas contraire, ajoutez-le à sa ration habituelle, car cela apportera plus de nutriments. Evidemment, il ne faut pas lui en donner  trop.

Les aliments à base de soja ou encore de blé sont aussi la cause. Bien sûr, la majorité des mets végétaux ne causent pas ce type de problème, car ils appartiennent à la chaîne alimentaire du matou.

 

Que faire alors ?

Du fait qu’on ne sait pas exactement ce qui a entraîné l’allergie, la meilleure chose à faire est d’aller voir un vétérinaire. En effet, ces symptômes peuvent être engendrés par une autre maladie. Il ne faut donc pas les prendre à la légère et lui donner des médicaments conseillés par votre voisin, un proche ou que vous avez vus sur un forum.

Dès que vous constatez des comportements étranges de votre matou, n’hésitez pas à passer chez le médecin animalier. N’attendez pas qu’il soit faible ou que son état se soit dégénéré. Il établira un diagnostic précis afin de remédier au problème. Rappelez-vous en outre que les prescriptions données se respectent à la lettre et ne doivent pas être négligées. Un manquement pourrait empirer l’état de l’animal. Ne ratez aucunement les heures, la quantité et toutes les instructions.

S’il doit manger des médicaments, n’oubliez pas de lui offrir beaucoup d’eau. En vous servant d’une fontaine pour chat, vous le motiverez à boire, car son estomac en aura besoin. Bien sûr, évitez d’exciter le matou lorsqu’il se trouve dans ces conditions physiques. Cela risque d’engendrer d’autres maladies.

 

 

Modifier sa ration habituelle

C’est une solution radicale qui apporte généralement satisfaction aux maîtres. En effet, dans de nombreux cas, les médicaments ne s’imposent pas. Le vétérinaire propose tout simplement un changement au niveau de l’alimentation. Une fois qu’il a diagnostiqué le problème, il prescrit une modification de la nourriture.

À ce jour, on compte une large sélection de croquettes, avec des compositions variées. Si le médecin animalier a trouvé ce qui a causé l’allergie, il vous sera plus facile de choisir parmi les différents produits proposés en ligne.

Certains sont adaptés pour les félins souffrant de cette maladie. On peut par exemple citer les croquettes chat sans protéine de bœuf. Certains sont uniquement à base de composants végétaux et d’autres avec une saveur de poisson, de poulet ou autre.

Il vous suffira donc de sélectionner le produit adéquat pour résoudre le problème de votre matou. Vous constaterez que son état s’améliorera rapidement une fois que vous avez effectué ces modifications.

Certes, le chat pourrait ne pas apprécier le goût au début, mais il faut l’habituer. Différentes techniques sont à exploiter dans ce genre de situation afin qu’il adopte sa nouvelle ration. De nombreux sites proposent en outre des conseils qui vous permettront d’aider votre compagnon à quatre pattes.

 

 

 

Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Malgré son air condescendant et le fait qu’il soit plus indépendant que le chien, le chat a tout de même besoin qu’on prenne soin de lui. Il requiert encore plus d’attention si vous l’avez stérilisé. Étant donné qu’il ne produit plus certaines hormones indispensables à sa santé, ses croquettes doivent lui apporter les nutriments dont il a besoin. Mais lesquelles choisir ?

 

Pour quelle raison lui donner de la nourriture spécifique ?

Depuis plusieurs années déjà, des propriétaires pratiquent la stérilisation sur leur chat. Cela dans le but de le rendre moins agressif en général, mais ce procédé évite aussi l’apparition de quelques maladies et empêche les comportements débordants de l’animal.

Bien sûr, cela n’apporte pas que des avantages, car il y a également des inconvénients. Une fois les gonades retirées, le chat peut facilement prendre du surpoids ou même avoir des calculs rénaux.

Pour que cela ne se produise pas, il faut contrôler son alimentation. On trouve aujourd’hui des croquettes spécifiques qui s’adaptent aux besoins du félin. Elles lui permettront de rester en bonne santé, sans pour autant grossir, à en devenir obèse. Évidemment, il faut aussi savoir maitriser sa ration.

 

 

Quel type choisir ?

Comme déjà mentionné plus haut, on ne donne pas n’importe quelle nourriture à un chat stérilisé. Il nécessite un apport spécifique pour garder la forme, que ce soit pour son apparence ou pour sa santé.

Il faut donc opter pour des croquettes avec le moins de matière grasse possible. En effet, du fait qu’il ne sera plus aussi agité et actif qu’avant, il dépensera moins d’énergie. Il emmagasinera alors rapidement le gras. Insistez plutôt sur une alimentation riche en protéines et en minéraux.

En ce qui concerne les calculs urinaires, il serait préférable de demander l’avis du vétérinaire pour le pH de la nourriture. Un taux élevé ou trop bas engendrerait des complications. Et rappelez-vous toujours que la consommation pour un chat stérilisé et un autre normal n’est pas identique. N’allez donc pas acheter le premier sachet que vous trouverez sur le marché qui présente un emballage agréable.

Dans l’idéal, optez pour des produits biologiques. Il va de soi que vous choisirez des aliments pour animal dépourvu d’hormone sexuelle. Les articles chimiques ne sont pas vraiment recommandés, car ils ont un effet nocif sur l’estomac. Un chat castré mettra plus de temps pour digérer, car il est moins actif. C’est aussi l’une des raisons de l’obésité, car les calories emmagasinées ne sont pas dépensées en entier avant la prochaine ration.

La sélection du type de croquettes se fait donc avec discernement. Vous pourrez ainsi maîtriser la prise de poids et la santé de votre animal de compagnie.

 

Quelle quantité conviendrait ?

Que ce soit pour un chat normal ou un félin castré, il faut toujours contrôler son alimentation. Une fois que vous avez trouvé le produit adapté, il faut apprendre à déterminer sa ration à chaque repas. Si vous en mettez trop, il va de soi que le matou prendra rapidement du poids. C’est une erreur que beaucoup de maîtres font, car ils pensent que plus son compagnon mangera, mieux il se portera. Bien au contraire !

En outre, si vous ne lui en donnez pas assez, il n’aura pas assez de force pour lutter contre les maladies et il perdra beaucoup de poids. Alors, comment connaître la ration dite vous ? Il faut avant tout savoir combien il pèse. Une fois que vous avez un chiffre, il vous suffira de faire un calcul. Pour un chat de 3,5 kg, la quantité de croquettes adaptées par jour est de 50 grammes. S’il est moins lourd, réduisez la portion en conséquence.

Dans la majorité des cas, un félin mange petit à petit son repas. Il prendra donc une journée entière pour avaler toute la ration que vous avez mise dans sa gamelle. Il existe toutefois des chats très gourmands et qui finissent son assiette en quelques minutes seulement. Si cela se produit, divisez la portion en deux ou trois et donnez-les-lui à des intervalles de quatre à cinq heures. Ne cédez surtout pas à ses demandes s’il a tout terminé en une fois, car cela ne fera que le rendre obèse.

 

Où trouver les croquettes adaptées ?

A ce jour, il est possible de dénicher des produits pour félin dans les boutiques dédiées aux animaux. On parle ici d’accessoires, de jouets, mais surtout de nourritures. Il en est de même pour les magasins en ligne.

Évidemment, la variété des croquettes peut vous faire perdre dans la sélection. Il faut alors effectuer des recherches minutieuses pour trouver des articles correspondant à vos attentes. Les établissements spécialisés proposent des produits de qualité, mais avec un tarif assez élevé. Il faut donc avoir un budget conséquent pour s’en procurer.

Sur de nombreux sites toutefois, vous pourrez acheter des croquettes chat moins chères. Une grande diversité y est disponible avec des caractéristiques différentes. Assurez-vous tout simplement de respecter les consignes laissées par le vétérinaire. Dans la mesure du possible, préférez-les produits à base de légumes. Mais si votre compagnon est uniquement carnivore, vous trouverez aussi des saveurs viandées.

 

 

Varier la nourriture

Les croquettes à saveur de bœuf apportent tous les nutriments nécessaires pour rassasier votre chat, mais aussi pour le maintenir en bonne santé. Toutefois, il arrivera un temps où il commencera à en avaler moins. Si cela vous inquiète, modifiez tout d’abord le goût. A ce jour, on trouve des produits à base de poisson, de porc, de soja ou même de soupe de légume. Ce faisant, vous lui redonnerez à nouveau envie de manger régulièrement et de finir sa ration.

En outre, s’il continue à jeûner, n’hésitez pas à aller chez le vétérinaire. Un chat castré se comporte différemment par rapport à un autre non stérilisé. À cause de cela, vous ne devez pas vous baser sur les expériences des gens sur les sites. Un médecin animalier saura déterminer avec plus de précision quel est le problème et trouvera une solution. Il vous donnera en outre des conseils sur le type d’aliment, les vitamines et autres médicaments à lui faire manger. Vous assurerez ainsi sa bonne santé.