Dernière mise à jour: 14.08.20

 

S’il s’agit de votre premier aquarium, vous pourriez rencontrer des difficultés à en changer l’eau. Surtout que si vous vous y prenez mal, vos pensionnaires pourraient en pâtir. Si vous vous posez beaucoup de questions, dans ces quelques lignes, nous vous apportons quelques éléments de réponse.

 

Pourquoi est-ce si important ? 

Les poissons font caca dans l’eau, ce qui constitue une première raison pour changer celle de votre aquarium de temps en temps. D’un autre côté, il arrive qu’ils ne terminent pas toujours leur nourriture, et que celle-ci y reste et salisse l’intérieur. Les échanges gazeux et de nutriments aussi impliquent de remplacer l’eau du bac régulièrement, car il faut un certain équilibre des éléments à l’intérieur pour assurer la survie des habitants. Donc, n’attendez pas que vos poissons tombent malades ou pires que vos algues jaunissent ou brunissent dans votre bocal avant de prendre les mesures nécessaires.

 

Quelle fréquence garder ?

C’est comme dans le milieu naturel, sur Terre avec les humains. Plus une ville compte d’habitants, plus son taux de déchets plafonne. Il en va de même sous l’eau. Si votre aquarium compte seulement un couple ou un spécimen, vous êtes tranquille pendant des jours. Par contre, en surpopulation, il vous faudra remplacer le tiers de l’eau toutes les deux semaines au moins. Si vous affectionnez les gros poissons tels que les cichlidés, vous aurez à procéder plus fréquemment, c’est-à-dire hebdomadairement et augmenter la quantité d’eau à renouveler. Ne dépassez cependant pas la moitié du volume.

D’autres circonstances requièrent ce genre d’intervention plus souvent par rapport à la normale comme soigner des animaux malades. On ne peut pas constater l’état de l’eau dans l’aquarium à vue d’œil, ou dans ce cas, c’est qu’il est trop tard. Évaluez en permanence le taux de nitrates dans l’eau avec un outil adapté. Les magasins animaliers vendent des kits conçus spécialement pour ça.

Comment procéder ?

On ne change pas toute l’eau de l’aquarium, car si vous la changez en entier, c’est comme si vous veniez de l’installer. Vous devrez attendre des jours pour que la température s’acclimate à celle de la pièce, et que le taux de nitrates soit à son niveau optimal. Cela ferait aussi courir un risque à vos poissons, à cause de la différence de température et des éléments présents ou absents dans la nouvelle eau par rapport à l’ancienne. Donc, munissez-vous d’un pichet ou d’un gobelet doseur afin de bien être sûr. Commencez toujours par un tiers avant d’augmenter la quantité progressivement si besoin est.

Pour l’entretien de votre aquarium, prévoyez un seau, un tuyau ou un siphon d’aquarium, une serpillère, un conditionneur d’eau, une bouteille et une éponge douce. Commencez par couper le courant au niveau de l’éclairage, de la pompe, ou encore du filtre pour aquarium dans le but de vous éviter de prendre une décharge électrique. Ensuite, aspirez les saletés qui se trouvent au fond de l’aquarium, au niveau du sol. 

Procédez soigneusement et sans vous presser. Passez le tuyau ou le siphon sur toute la longueur du mini bassin tout en surveillant la quantité d’eau parce qu’il arrive qu’on se laisse distraire et qu’on en enlève plus qu’il ne faut. Puis réitérez l’opération, mais cette fois-ci à la surface pour vous débarrassez des résidus qui y stagnent. 

Ne jetez pas tout de suite l’eau que vous avez retirée de votre aquarium. Elle vous servira à rincer les accessoires comme le filtre. Une fois que vous avez nettoyé l’intérieur de votre bocal, enlevez les mousses et les ouates de ce dernier, et débarrassez-les de leurs saletés. On ne les passe pas sous le robinet de la cuisine ou de la douche, car l’eau pourrait contenir des substances susceptibles de nuire aux poissons. Là vous pouvez jeter l’eau.

Remontez le filtre, et versez petit à petit la nouvelle eau (provenant du robinet). Elle devra avoir été conservée deux heures avant dans une bouteille bouche ouverte dans la même pièce que l’aquarium afin de s’adapter à la température ambiante. Au moment de la verser dans le bocal, assainissez-la avec un conditionneur d’eau. Ceux qui laissent leur eau reposer des heures avant d’en remplir leur mini bassin se passent de conditionneur, car le chlore est censé s’évaporer durant ce temps, mais si vous n’êtes pas convaincu, rien ne vous empêche de le faire.

Procédez par tranche, sinon les animaux pourraient attraper froid (eh oui, cela leur arrive aussi, mais vous ne les entendrez pas éternuer). Pour 1 l par exemple, laissez d’abord couler 30 ml, puis 40 ml après une demi-heure, et les derniers millilitres une demi-heure après.

Éviter quelques faux pas

En usant d’un gros tuyau pour évacuer l’eau de l’aquarium, vous prenez non seulement le risque d’aspirer les poissons dedans, mais aussi de mal gérer le volume. Préférez donc un petit diamètre, ou un moyen à la rigueur. Et quand vous remplissez à nouveau votre bocal, tenez le tuyau ou la bouteille loin de ses habitants afin de laisser le temps à l’eau de bien se mélanger.

Trop d’hygiène tue l’hygiène aussi, car le bocal ne contient pas que des mauvaises bactéries. Certaines favorisent le bien-être des occupants ainsi que celui des plantes vivant là et l’équilibre dans le milieu aquatique. En astiquant à l’excès le filtre et ses composants, ou les parois de l’aquarium, on tend alors à tuer ces bactéries et à mettre en péril la vie des animaux.

Pour ce qui est de la sélection des produits à utiliser sur votre aquarium comme le conditionneur d’eau par exemple, vous vous retrouverez confronté à un large choix sur le marché, donc faites attention à certains détails afin de ne pas commettre d’erreur fatale. 

Dans les comparatifs sur Internet, vous verrez souvent la marque Tetra avec ses produits Aquasafe et Goldfish Aquasafe. JBL nous propose également son Biotopol riche en vitamine B. Le Prime de Seachame convient à ceux qui souhaitent réaliser des économies ou qui ont de grands aquariums, vu qu’il est plus concentré que la moyenne. Api Aqua et Easy-life se présentent aussi dans la course avec des créations pratiques à l’usage. 

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

Votre réservoir nécessite un minimum d’entretien pour garder vos espèces épanouies. Si vous êtes plutôt pour le naturel, il s’avère tout à fait possible d’adopter un système de filtrage de ce type pour votre aquarium. On vous révèle ici quelques secrets pratiques si vous optez pour ce genre de matériel.

 

Pour quelles raisons cette méthode s’avère-t-elle plus avantageuse ?

Lorsqu’on décide d’élever quelques poissons rouges chez soi, on peut avoir du mal à choisir son bassin. Pourtant, c’est une étape importante. Notez toujours qu’un élément naturel, avec le minimum de technologies possible (éclairage, pompe et autres), reste l’alternative idéale. 

En effet, cette technique vous permettra de reconstituer de la meilleure façon possible le milieu naturel de vos animaux. Sans oublier de mentionner qu’elle s’avère beaucoup plus écologique et facile à entretenir. En termes de coûts, son entretien ne nécessite pas un grand investissement. Vous pouvez également établir un système de filtrage naturel dans votre aquarium.  

 

Que mettre exactement dans son bassin pour ne pas le surcharger ?

L’une des principales clés de réussite est de ne pas installer trop d’éléments dans votre réservoir. On vous recommande de n’y disposer que l’essentiel pour que vos poissons se sentent à l’aise. Dans cette optique, vous pouvez faire un aquarium « low-tech » ou bien dans la simplicité. 

Concrètement, vous n’intégrez qu’une pompe assez petite, un élément d’éclairage, et un accessoire de chauffage à l’intérieur. À tout cela s’ajoute le substrat de votre choix, de l’eau évidemment et des plantes flottantes. Le but est de laisser la nature agir d’elle-même. D’ailleurs, les bactéries déjà présentes s’occuperont de maintenir un écosystème adapté pour vos spécimens.   

De quel matériel disposer ?

Pour mener à bien votre projet, vous aurez certainement besoin de quelques éléments. Concrètement, il vous faudra une prise digitale et programmable pour l’éclairage. Celle-ci permettra d’automatiser l’extinction et bien sûr l’allumage. Une épuisette ainsi qu’un seau vous seront également pratiques. 

En plus de cela, dotez-vous d’un siphon qui servira pour le changement de l’eau. Si possible, ayez à disposition un élément pour le nettoyage des vitres. En effet, des saletés peuvent s’y coller au fur et à mesure. À tout cela s’ajoute un mélange de substrat pour le sol de votre bassin. N’oubliez pas d’y mettre des galets et des branches pour un décor plaisant et créer un écosystème équilibré. Vos animaux ont besoin d’un environnement viable et adapté pour leur survie et leur épanouissement.   

 

Le choix du substrat 

Rappelez-vous que le substrat joue un rôle important pour votre aquarium. Vous aurez le choix entre un mélange simple qui se compose essentiellement de gravier et de sable. Il est également possible d’ajouter quelques poignées d’argile. Le sol accueillera les excréments de vos poissons ainsi que les débris des végétaux. 

De ce fait, vous aurez un milieu luxuriant et libéré des impuretés puisqu’il agira comme un filtre naturel. Les professionnels en la matière n’hésitent pas à mettre un peu de terre de bruyère afin d’avoir un substrat enrichi. Couplé avec un bon système de brassage, cela s’avère efficace pour « purifier » l’eau. Notez que cette dernière méthode se révèle idéale pour les grands bassins.

 

L’aquaponie, c’est quoi exactement ? 

Cette nouvelle technique a fait parler d’elle récemment pour sa praticité et sa simplicité. Cela consiste à créer une certaine circulation de l’eau entre un bac avec des plantes et un réservoir. Celui-ci accueillera les poissons. On vise alors à trouver un bon équilibre pour que les deux espèces animales et végétales croissent en harmonie. Cela se traduit en un circuit « fermé » qui tend à réduire les déchets à l’intérieur. 

Les déjections contenant de l’ammoniaque sont transformées par les bactéries situées près des plantes. Ces dernières fabriquent du nitrate qui s’avère nécessaire pour leur survie. Cela produit une réaction qui a pour effet de purifier l’eau avant que celle-ci ne se déverse à nouveau dans le bac. On peut donc le considérer comme un système de filtrage naturel.

 

L’usage de la noix de coco comme purificateur et filtre naturel

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, cette technique convient parfaitement sur les petits bassins (20 l environ). Il vous suffira de mettre une noix de coco à la surface. Vous devriez la remplir d’argile, faisant office de pot de filtration. Ces deux éléments se révèlent capables de capter les bactéries dans tout l’aquarium. 

Ces dernières vont alors se développer sous forme de « biofilm » qui fertilisera les déchets contenant des nitrates. Les plantes à l’intérieur du bassin se nourriront avec. Ce procédé a pour avantages d’être écologique et peu couteux à la fois. Vous aurez donc tout à y gagner si vous disposez d’un petit élevage de poissons chez vous.  

L’entretien de votre aquarium naturel 

Il faut absolument prendre soin de votre bassin si vous souhaitez garder vos spécimens en bonne santé. Ainsi, on vous recommande de nourrir vos animaux au moins une fois par jour. Chaque semaine, effectuez un contrôle du débit de brassage de l’eau. Si vous remarquez qu’elle est sale, lavez l’intérieur de l’aquarium systématiquement. Et mensuellement, on vous conseille de nettoyer les parois externes de votre matériel. 

Vous pouvez changer la moitié du volume tous les semestres. Faites attention à ne pas dépasser cette quantité pour laisser les bactéries se développer. Vous n’aurez pas besoin de siphonner votre bassin naturel. En effet, certains déchets serviront de nourriture pour vos plantes.

 

Vous pouvez également acheter un filtre pour aquarium performant 

Dans certains cas, il serait plus judicieux d’opter pour un élément de filtration à part entière. En effet, il existe des dispositifs qui peuvent purifier l’eau dans votre aquarium pour que vos spécimens aient un environnement viable. Ce genre d’équipement semble principalement adapté pour les bassins assez grands (200 l). 

Par ailleurs, si vous êtes intéressé dans l’achat d’un matériel de ce type, vous avez ici notre sélection des meilleures offres. En plus, vous aurez plus d’informations sur un article quelconque qui vous parait idéal pour votre réservoir. On y a inclus plusieurs produits qui peuvent peut-être répondre à vos besoins et à vos attentes.

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

Il suffit d’un rien pour que ses poissons meurent dans un aquarium si on n’y connait rien, et en particulier s’ils sont exotiques. Des détails comme la nourriture adéquate à leur donner ou la façon d’aménager le mini bassin conduisent le propriétaire à faire doublement attention. Ici, outre ces étapes, on vous parle aussi des enjeux du changement de l’eau à l’intérieur, de la compatibilité de cette pratique avec les modèles existants, de ce dont vous aurez besoin, de la manière de procéder, et des possibilités d’économiser l’eau.

 

Remplacer l’eau malgré la présence d’un filtre, pourquoi ?

On pourrait croire qu’à cause de la présence d’un filtre pour aquarium pas cher, on n’a plus besoin de renouveler l’eau à l’intérieur. C’est en partie vrai, car, oui, on gagne plus de temps que si on n’en avait pas. Mais cela ne veut pas dire qu’il faille y laisser la même eau tourner encore et encore des mois.

Quand la même eau stagne au fil des semaines dans l’aquarium, elle peut soit perdre de sa composition, soit sa température, et bien d’autres conditions indispensables à la survie des animaux et des plantes à l’intérieur. Cela mettrait en péril leur vie.

 

Quel équipement réunir ?

Il est toujours bon de prévoir l’achat d’un aquarium de rechange, même s’il est compact, le temps de nettoyer le plus gros. Si vous n’en avez pas, un seau que vous aurez préparé et laisserez posé dans la même pièce pendant des heures fera l’affaire. Prenez un modèle assez volumineux pour accueillir l’eau que vous garderez de votre aquarium afin que les poissons y nagent confortablement (de 10 à 15 l). Cela les perturbera moins.

De l’eau osmosée vous faciliterait grandement la tâche. N’oubliez pas l’accessoire qui vous permettra de pomper doucement l’eau du bac. Cela peut être un tuyau ou un siphon, dans tous les cas, veillez à ce qu’il soit bien hygiénique. Tenez-vous toujours prêt à réchauffer l’eau en cas de pépin avec un chauffage adapté en plus d’un thermomètre.

Faire attention

Déjà, couvrez votre sol de serpillères ou de serviettes de bain afin de le protéger. Ensuite, au moment d’aspirer l’eau au début de l’entretien, gardez une vitesse de tortue et placez le siphon bien loin des êtres vivants à l’intérieur et leurs progénitures pour ne pas les entrainer dedans.

Si votre mini bassin est pourvu d’une pompe ou d’une lampe, y compris le combiné chauffant, pensez à tout débrancher avant de toucher à quoi que ce soit. Éloignez-les autant que possible de votre zone de travail au risque de causer des courts-circuits. Ne glissez pas directement la main ou ne serait-ce que les doigts dans l’eau, car on ne sait pas les éléments nocifs qu’ils pourraient apporter sur les habitants de votre aquarium.

 

Comment s’y prendre ?

Si vous vous y mettez de manière ponctuelle (c’est-à-dire une fois par semaine minimum), vous n’avez pas besoin de vider tout l’aquarium. Seule une partie du contenu nécessitera un renouvellement régulier. Ainsi, vous ne courez par exemple pas le risque que l’eau se mélange de manière inégale, soit froide dans certaines zones, et plus chaude quelques centimètres plus loin. Il en va de même pour le pH et le taux d’azote.

Profitez de cette occasion pour vérifier si vos poissons vont bien et récurer le filtre. S’ils se développent, mangent et nagent correctement. Ce qu’il y a de rassurant dedans, c’est que l’opération ne vous prendra pas des heures, voire même une heure. 

Avant de déterminer quel volume changer dans l’aquarium, effectuez un test NO3. Cela se résume à mesurer la quantité de nitrates dans l’eau. Cela donne une idée des changements à apporter. En général, si vous gardez le rythme par semaine, vous pourrez laisser 85 à 90 % de l’eau intacte dans le bac. Les résidents le verront alors à peine passer. À la rigueur, vous pouvez descendre jusqu’à 80 %, mais pas en dessous.

Prenez de l’eau du robinet (les 10 à 20 % donc) que vous entreposez dans la pièce où est installé l’aquarium à l’aide de bouteilles en plastique. Cela stabilisera la température de celle-ci. Entre temps, prélevez-en un peu pour en définir le taux de nitrates. Ne remplissez pas les récipients jusqu’au goulot, et gardez quelques centimètres pour que l’air puisse circuler. Ne mettez pas le bouchon.

Après avoir transféré les 85 % d’eau de votre aquarium dans le seau, mettez-y petit à petit les habitants. Ensuite, vous videz votre aquarium, vous le remplissez de la nouvelle eau. Vous attendez que les choses se tassent et au bout de deux jours, vous déménagez les algues, les poissons… bref, tout le contenu du seau.

Est-ce que ça marche dans tous les cas ?

Qu’il s’agisse d’un aquarium d’eau douce ou de mer, renouveler l’eau régulièrement reste un enjeu crucial. Que vous possédiez un récipient en verre rectangulaire, un bocal ou un bassin vert planté au beau milieu du jardin, cela vaut pour tous.

On change beaucoup plus souvent (une fois tous les 3 jours) l’eau dans un petit aquarium qu’un grand qui est surpeuplé en plus, car les poissons se nourrissent en grande quantité laissant les restes flotter et les algues prolifèrent… N’attendez pas que l’intérieur de votre aquarium vire au vert.

Dans tous les cas, cela ne vous dispense pas non plus d’un entretien de A à Z du récipient sur une fréquence de deux mois. Cela inclut entre autres de transférer les locataires dans des sacs en plastique remplis d’eau ou un autre bocal doté des mêmes paramètres.

 

Recyclage de l’eau, est-ce possible ?

Comme l’heure est à la préservation de l’environnement, et qu’il faut économiser sur tout, et même l’eau usée de l’aquarium, sachez qu’avec celle-ci il est possible d’arroser votre potager, vos légumes et vos herbes en pot, vos plantes vertes et même votre pelouse, sans leur porter atteinte. 

Vu les doses de nitrates à l’intérieur et sa formule concentrée, elle constitue un engrais naturel qui vous dispensera de dépenser quelques euros inutilement dans une jardinerie. Pas besoin de mélanger à du terreau, vous gagnez deux fois plus temps également dans l’entretien de votre espace vert d’intérieur. 

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

L’entretien de l’aquarium est important pour avoir un milieu favorable aux poissons. En effet, vous devriez en prendre soin si vous souhaitez que vos spécimens se développent et s’épanouissent. On vous donne dans cet article quelques astuces pratiques pour vous aider à mener bien cette tâche.

 

Effectuer une vérification généralisée de votre bassin

L’une des meilleures façons d’entretenir votre aquarium reste de vérifier son état dans l’ensemble. Cette démarche est incontournable afin de s’assurer que tout fonctionne bien. Examinez les différents composants de votre réservoir. Essayez de détecter les pièces défectueuses s’il y en a. En effet, cela pourrait nuire au bon développement de vos espèces. 

Les filtres bouchés ou bien un système de chauffage mal en point sont d’ailleurs des problèmes récurrents. Pensez aussi à vérifier la quantité d’algues dedans. Ces dernières, si elles se multiplient à une trop grande vitesse ou si elles atteignent une trop grande taille, risquent de gêner vos animaux et troubler l’eau. Bref, ne négligez pas ces détails qui ont un impact majeur sur la réussite en aquariophilie.    

 

L’importance de nettoyer son aquarium

Comme dans tout milieu, votre bassin se remplit petit à petit de saletés. Ces dernières proviennent essentiellement des déjections de vos poissons, mais aussi des restes de nourritures. Le système de filtrage joue un rôle de purificateur crucial, mais cela ne suffit malheureusement pas. Vous serez ainsi tenu de mettre la main à la pâte. Votre intervention permettra d’éliminer tout ce qui parait indésirable chez vos poissons, crustacés, escargots, mais aussi des plantes contenues à l’intérieur. Le but reste de créer un environnement propice à vos différentes espèces et d’avoir un écosystème plus ou moins équilibré. 

Ce qu’il faut savoir dans le nettoyage

Notez que les aquariums s’entretiennent différemment. Autrement dit, vous devriez tenir compte de quelques facteurs importants avant de procéder à un quelconque assainissement. Tout d’abord, le type de bassin n’est pas à négliger. Sachez qu’un élément avec filtre et pompe nécessitera une méthode plus rigoureuse qu’un autre qui n’en contient pas. 

Dans la même mesure, considérez également le volume de votre réservoir. Vous remarquerez que prendre soin d’un bocal plus petit se révèle plus facile qu’un matériel conséquent. À part tout cela, les espèces que vous élevez ont également leur importance. En effet, si vous y mettez une tortue par exemple, son entretien s’avère différent qu’un emplacement pour crevettes. Vous l’aurez compris, un aquarium contenant uniquement des poissons rouges doit être pris en charge autrement.

 

Comment nettoyer promptement ? 

Avant même de commencer, placez les animaux de côté. Faites bien attention à ce que la nouvelle eau ait la température idéale comme celle du bassin pour éviter les chocs thermiques. Après cela, vous pourrez attaquer les parois de votre réservoir. Dotez-vous de votre raclette et grattez toutes les parties avec. Réalisez cette tâche chaque semaine pour l’intérieur et pour les parois externes, on vous conseille de les traiter mensuellement de la même manière. 

Puis, passez au filtre. Sortez-le de l’eau et rincez abondamment sous le robinet. Cela éliminera tout ce qui peut le boucher et altérer son fonctionnement. Retenez qu’il ne faut pas laver toutes les parties de cet élément en une seule fois pour éviter de se débarrasser des bactéries utiles.

 

Le matériel nécessaire

Pour s’y prendre correctement, il vous faudra disposer de quelques accessoires. Par exemple, vous aurez besoin d’une épuisette et d’une raclette destinée aux algues. Un râteau s’avèrera également utile pour trier le gravier et bien sûr une éponge pour vos vitres. Une écloserie peut aussi être pratique lors du changement d’eau. Celle-ci accueillera vos poissons pendant l’entretien. 

En cas d’encrassement sur les parois, une brosse semble adaptée pour éliminer les saletés efficacement. Si vous souhaitez avoir un résultat plus satisfaisant, on vous recommande d’investir dans un nouveau filtre pour aquarium. Cet élément servira en quelque sorte à purifier votre bassin.

 

Le changement d’eau 

Le contenu de votre bassin se salit forcément avec le temps. Il vous incombe alors de le remplacer pour que vos différentes espèces aient un milieu propice pour leur développement. On vous conseille de le faire toutes les trois semaines environ. Mais retenez bien de ne pas changer tout le volume en une seule fois. Enlevez seulement un tiers (1/3) du total à chaque opération pour laisser les bactéries nécessaires à l’équilibre. 

Ces dernières jouent un rôle très important dans ce petit écosystème. Par la même occasion, il faut que la température soit la même qu’avant. En ce qui concerne la pompe, il vous suffira de la rincer à l’eau claire tous les mois pour l’entretenir dans les règles de l’art.  

Les décorations doivent aussi être entretenues 

Ces éléments sont également à bichonner pour les garder en état. Si vous disposez de décorations non naturelles, rincez-les chaque mois. Si des saletés persistent, trempez-les dans du bicarbonate de soude dilué légèrement. Puis, enlevez-les et frottez-les avec une brosse pour décrasser. 

Quant au fond de votre aquarium, mettez les graviers dans un bac ou une passoire puis lavez-les. Il se peut que vous ayez aussi besoin d’un aspirateur surtout pour les réservoirs assez grands (200 l en l’occurrence). Cet accessoire permettra d’éliminer les déchets de votre substrat efficacement. De ce fait, vos spécimens jouiront d’un environnement sain et adapté pour leur développement.

 

Vérifier l’état de santé de vos espèces 

Cette étape demeure essentielle en aquariophilie. Notez bien que vos poissons se porteront bien s’ils disposent d’un environnement viable et adapté à leurs besoins. Vous pouvez vous y prendre au moment où vous leur donnez la nourriture habituelle. Vérifiez bien que leurs nageoires se tiennent dans le bon axe. 

Soyez pointilleux et regardez les yeux de vos spécimens. S’ils présentent un aspect « trop vitreux », c’est qu’il y a un problème. Pour les ouïes, elles doivent rester rouges et non enflées ou décolorées. Si vous remarquez des excroissances légèrement blanchâtres, des ulcères ou des trous sur leur corps, cela laisse présager une maladie. Pour d’autres animaux comme les crevettes ou les tortues, si vous constatez qu’ils ne bougent pas pendant un certain temps, prenez les dispositions qui s’imposent.   

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

Il existe une large variété de flore et de faune aquatique à intégrer dans un aquarium. Cependant, il y a parfois des invités indésirables qui viennent s’installer dans le milieu comme les lentilles d’eau. On vous délivre alors des informations concernant ces dernières qui peuvent être à la fois bénéfiques et nocives pour la population de votre bocal à poissons.

 

Les lentilles d’eau : qu’est-ce que c’est ? 

Les lentilles d’eau sont des plantes aquatiques que l’on retrouve principalement en eau douce, dans les lacs, les étangs ou les mares. Elles font leur apparition sur la surface en prenant l’aspect d’un gazon. Ce tapis végétal flotte et trompe souvent la vigilance des promeneurs ou des animaux qui s’engouffrent à l’intérieur lorsqu’ils ne font pas attention à où ils se dirigent.

Si visuellement, ces formations végétales se ressemblent toutes un peu, on en recense plusieurs types. Ceux-ci diffèrent par leur taille, mais aussi par leur forme quand on les regarde de plus près.

 – La Lemna minor : Elle est la plus connue et la plus courante dans les plans d’eau et on la surnomme la petite lentille. Elle fait entre 1 mm à 3 mm de diamètre. Elle résiste peu au gel et à l’hiver, mais elle revient avec le retour des beaux jours. Elle possède comme qualité, une bonne absorption de substances nocives dans l’eau comme l’azote ou le phosphore.

 – La Lemna gibba ou bossue : Un peu plus grande, elle avance une taille entre 2 mm à 5 mm. Elle présente une floraison invisible, mais avec des frondes arrondies et un peu bosselées. On la retrouve habituellement seule. Cette variante ne supporte pas la cohabitation avec les autres lenticules.

 – La Wolffia Arrhiza : On la reconnaît facilement vu qu’elle se trouve être la seule de son espèce à ne pas posséder de racines. Son observation requiert l’utilisation d’un microscope du fait qu’elle n’est pas perceptible à l’œil nu. Elle fait moins d’un millimètre d’épaisseur.

 – La Lemna trisulca ou Trilobée : Elle mesure entre 5 à 15 mm. Elle comprend trois nervures sur son thalle. Elle ne résiste pas aux températures élevées. Elle est aujourd’hui en voie de disparition.

 – La Lemna polyrhiza ou à racine nombreuse : Comme son nom l’indique, elle peut comporter plusieurs appendices et en atteindre une quinzaine. Lors de la floraison, celles-ci se développent jusqu’à avoir 1 cm de longueur parfois.

 – La Lemna minuscula ou Minuscule : Elle nous vient du continent américain et ses dimensions ne dépassent pas celles du Lemna minor, c’est-à-dire moins de 1 mm.

Comment se reproduisent ces plantes et dans quelles conditions ?

Ces formations végétales aquatiques se distinguent surtout par leur croissance relativement rapide. Elles flottent grâce à la présence d’une fronde souvent remplie d’air. L’absence de tige et de feuilles leur permet de se retrouver sur la surface ou pour certaines, en dessous du plan d’eau. Ces plantes peuvent également posséder ou non de racines, selon l’espèce de lenticules.

Les lentilles d’eau ont recours à la reproduction asexuée pour se perpétuer. Avec la multiplication végétale, elles atteignent un nombre considérable en un rien de temps dans un milieu propice. Par exemple, une lenticule mère se duplique en deux. Après quelques jours, ces dernières vont se dissocier de la première et produire deux spécimens à leur tour et ainsi de suite. Le processus peut recouvrir votre aquarium à grande vitesse si vous ne faites pas attention.

Pour se multiplier, ces flores aquatiques ont toutefois besoin d’un écosystème aux conditions spécifiques. Elles prolifèrent dans un environnement où la température se trouve généralement entre 6 °C et 33 °C. Elles pullulent également si vous leur offrez de l’eau à forte teneur en nitrate dans votre bocal à poisson. On n’oublie pas non plus que ces plantes vertes requièrent de la lumière pour réaliser leur photosynthèse.

 

Quels sont ses atouts et ses inconvénients ?

Malgré ce que l’on peut penser de ces lenticules, leur présence dans votre aquarium peut présenter de nombreux avantages. Vu qu’elles se nourrissent principalement de nitrate pour se développer, elles aident dans l’épuration de l’eau dans la cuve. Elles vont alors jouer un rôle dans la biorestauration comme elles absorbent les excès d’azote ou de phosphate. La concentration élevée de ces derniers pourrait altérer la santé de vos animaux. Par ailleurs, ceux-ci sont friands de ces lentilles d’eau, surtout les carpes et les poissons rouges.

Ce tapis végétal prend également part dans la conservation de l’eau en réduisant l’évaporation et peut servir de refuge pour les alevins pour se mettre à l’abri. Dans certains cas, il empêche la formation de certaines algues photo-autotrophes.

Cependant, les lentilles d’eau peuvent aussi gêner la croissance d’une plante pour aquarium immergée. De plus, elles sont particulièrement envahissantes et sont en mesure de recouvrir rapidement votre récipient si vous les laissez faire.

Quelles techniques utiliser pour les supprimer ?

Le premier conseil des spécialistes demeure la prohibition des produits chimiques. Ces derniers peuvent troubler l’équilibre du milieu aquatique pour ensuite altérer le développement des autres habitants de cet écosystème.

Une des alternatives à entreprendre reste le travail manuel. À l’aide d’une épuisette dotée de mailles fines ou d’un outil similaire, vous pouvez vous appliquer en les retirant avec vos mains. Notez toutefois que l’opération peut devenir assez pénible surtout si vous avez une quantité importante de lenticules à éliminer. 

Si vous n’êtes pas un adepte des interventions manuelles, vous pouvez toujours vous procurer une pompe à air pour les chasser vers les bords et ainsi faciliter leur extraction. Cette machine favorise par la même occasion l’oxygénation du milieu.

Une autre possibilité également, prévoir l’ajout d’une ou de plusieurs plantes hélophytes, c’est-à-dire pourvues de grandes racines qui peuvent s’encastrer dans le substrat, mais présentant des tiges et des fleurs qui sortent du plan d’eau. 

Ces végétations aquatiques ont la réputation d’être d’absorbeurs de nutriment et vous aideront à réguler le taux d’azote et de phosphore qui sont les principaux acteurs du développement des lentilles d’eau.

 

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

Vous avez un aquarium, mais vous ne savez pas comment y planter ? Cet article vous aide à y voir plus clair en citant les étapes à respecter et en expliquant les informations importantes sur le sujet. Mais avant d’entrer dans les détails, il s’avère nécessaire de préciser les rôles des végétaux dans le bassin.

 

De bonnes raisons de planter dans un aquarium

Certaines personnes choisissent les plantes en plastique, grâce à leur côté esthétique. Pourtant, il n’y a rien de mieux que d’opter pour les éléments naturels. Ils offrent de multiples avantages notamment pour les résidents.

Avec leurs couleurs différentes, ils reproduisent l’atmosphère dans l’eau pour habituer les poissons au bassin. Grâce à leur épaisseur, ils permettent à ces derniers d’avoir de l’intimité. Cela aide les animaux à mener un comportement naturel limitant leur stress. Certains ont également besoin de plantes au cours de leur reproduction. Elles jouent le rôle d’un support pour pondre.

Par ailleurs, les végétaux assurent l’épuration du milieu. Le dioxyde de carbone rejeté par vos animaux sera consommé pour garantir l’hygiène de l’habitat. Ce n’est pas tout, ils absorbent les phosphates, l’ammoniaque ainsi que les nitrates. Avec l’absence de ces substances, les algues ne peuvent plus se développer.

En revanche, les plantes fournissent de l’oxygène qui s’avère essentiel à la survie des poissons. Elles diminuent donc la pollution pour assurer le bien-être des occupants dans le bac. D’un point de vue esthétique, elles laissent un effet naturel à l’aquarium. Elles le subliment offrant un plaisir à part pour les yeux de vos convives. Mais, pour réussir le repiquage, il convient de respecter quelques règles de base.

Étapes à suivre pour réussir la plantation

Pour commencer, il semble important de bien préparer les végétaux. S’ils sont livrés en bouquet, vous devez dans un premier temps les séparer. Puis retirez la laine de roche encerclant les racines. N’oubliez pas de couper les parties endommagées. Vous avez uniquement besoin de quelques échantillons de qualité pour assurer la repousse.

Installez un sol nutritif et agencez-le convenablement pour créer un effet naturel au bac. Pour ce faire, vous pouvez mettre une quantité importante de grains au fond et un peu moins à l’avant. Cela laisse un air de profondeur. Posez-les de 3 à 5 cm de hauteur permettant aux végétaux de s’enraciner.

La disposition de ces derniers ne s’accomplit pas au hasard. On recommande d’arranger les plus grands spécimens en arrière-plan. Vous pouvez aussi y placer les catégories à croissance rapide par exemple l’élodée, la céraiste, la ceratopteris thalictroides et la vallisneria.

Pour ceux qui ont une petite taille, répartissez-les au premier plan. Il en va de même pour ceux à croissance lente à savoir l’echinodorus, la cryptocoryne et l’anubia. Creusez le sol en faisant un trou avec le doigt puis enfoncez le végétal. Cela fait, il ne vous reste plus qu’à remettre le sable.

 

Ce dont les plantes ont besoin pour pousser

Comme tous les types de végétaux, ceux installés en aquarium nécessitent de la lumière pour pousser et survivre. L’intensité de celle-ci dépend de l’espèce. Si certains requièrent un éclairage violent, d’autres non. Pour ceux qui utilisent les tubes néon, on conseille de se tourner vers un dispositif de 0,251 W ou se situant entre 10 et 60 lumens. Il est préconisé d’illuminer le bac entre 10 à 12 heures par jour. Cette condition s’impose au matin et au soir, mais non pas à midi. Vous pouvez éteindre pendant 2 à 4 heures.

Quant à la température de l’eau, celle-ci ne doit pas excéder les 25 °C, sinon cela affecterait la croissance des plantes. Fournissez également des sels minéraux et nutriments nécessaires pour les racines et feuilles. À ce titre, elles demandent une quantité importante de phosphore, de fer, de manganèse, de l’azote et surtout du CO2. Ce dernier a la capacité naturelle de stabiliser le pH et optimise la croissance des plantes.

À part cela, les plantes aquatiques ont besoin d’un substrat riche. Celui-ci doit disposer des éléments nutritifs indispensables pour leur développement. Les spécialistes recommandent le rajout d’un câble chauffant accélérant l’enracinement.

 

La plantation selon le type de végétaux

Chaque élément a sa particularité, donc nécessite un traitement spécifique. Ici nous parlerons des catégories en pots.

Pour commencer, il faut les ôter avec précaution pour ne pas endommager la radicule. Rincez ensuite à l’eau claire et débarrassez-vous des feuilles jaunies. Faites un trou et enterrez la racine dans le substrat.

Certaines plantes ne doivent pas être enfouies comme la mousse de Java, le cladophora ægagropila ou les anubias. Pour ces derniers, ils s’attachent tout simplement à l’aide d’un fil de pêche sur une pierre.

Lorsqu’il s’agit encore de graines, il reste indispensable de les faire germer dans des bocaux en verre. Ensuite, vous laissez le récipient sous une lumière adaptée et à la bonne température.

Il existe une infinité de végétaux qui survivent dans un aquarium. Si certains s’installent en avant-plan, d’autres trouvent leur coin en arrière. Quoi qu’il en soit, il s’avère important de les entretenir dans les règles de l’art pour ne pas les endommager. Si vous êtes encore débutant en aquariophilie et que vous ne savez pas quel spécimen choisir, vous avez ici notre sélection des meilleures offres.

L’entretien des plantes

Pour que la repousse se déroule dans de bonnes conditions, vous devez prendre régulièrement soin de vos plantes. Quelques vérifications s’imposent donc.

Il arrive que les feuilles changent de couleur. Si leur installation dans le bac se révèle être encore récente, vous n’avez pas à vous inquiéter. Cette situation est tout à fait normale. Dans le cas contraire, un manque de nutriment justifie cette apparence. La nuance en blanc ou en jaune explique la carence en fer. Il faut à cet effet utiliser un engrais riche en ce composant.

Priorisez également le renouvellement de l’eau du bac. Sans quoi, cela augmenterait le taux de la pollution. Privilégiez un liquide faible en calcaire. Cela convient généralement à la plupart des éléments aquatiques. N’oubliez pas d’élaguer les végétaux à croissance rapide. Aussi, enlevez les feuilles mortes ou noircies de temps en temps.

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

Prendre soin de son animal de compagnie fait partie de la preuve d’amour envers lui. Si d’habitude on donne beaucoup d’importance à la litière du chat ou la niche du chien, le poisson lui aussi nécessite une attention particulière. Quelles sont les décorations tendance d’un aquarium d’eau douce ?

 

Le décor externe

Avant de toucher à quoi que ce soit à l’intérieur de l’aquarium, vous devez traiter son esthétique globale ou son esthétique externe. La gamme de meubles destinée à supporter les aquariums varie beaucoup. En principe, ils montrent une robustesse capable de soutenir une charge conséquente. L’aquarium rempli d’eau, de sables et de plantes pèsera beaucoup. Le bois du support se doit alors de retenir toute cette charge à lui seul. Choisissez déjà sa couleur selon le ton général de votre appartement. Cependant, veillez à ce que ce ne soit pas une couleur trop vive. Le meuble en soi-même ne devrait pas visuellement écraser l’esthétique de l’aquarium.

Aménagez un fond idéal pour les poissons

La base de votre aquarium sera le sol. Pas de la terre non, on privilégiera le sable pour un aquarium d’eau douce. Les magasins spécialisés vendent du sable pour aquarium de différentes couleurs. Optez pour une couleur claire qui scintillera sous l’eau. Les amateurs du multicolore peuvent en choisir plusieurs, mais au bout de quelque temps on ne distinguera plus cette variété. De plus, l’aspect du sable tapera à l’œil, mais le nettoyage raconte une tout autre histoire. Il est plus dur à aspirer lors du nettoyage même si sa finesse facilite le nettoyage de la surface.

La deuxième solution qui s’offre est le gravier coloré ornemental. Que ce soit un bleu océanique, un rose des fonds des mers, ou du vert associé aux plantes, les graviers dégageront une couleur vive à l’œil. Encore une fois, les amateurs du multicolore seront comblés par les graviers en couleur prémélangés. Veillez à ce qu’ils ne soient ni trop petits pour être avalés par les poissons ni trop gros pour coincer la nourriture.

En troisième choix, vous pouvez oublier totalement le fond. Certains poissons n’en ont pas besoin. Cela peut paraître moins attirant au niveau esthétique ; dans ce cas, ayez une vitre légèrement teintée pour donner une ambiance de couleur à votre aquarium. Évitez absolument les cailloux de verre : ils peuvent briser, devenir tranchants et limiter la croissance des bactéries utiles à l’aquarium.

 

Les plantes : la touche naturelle

Après le substrat, il est temps de mettre un peu de vert dans votre vitre. Vous avez le choix entre les plantes artificielles et les plantes naturelles. Le premier se présente en tout point comme une plante réelle, et possède une durée de vie plus longue. Pas besoin d’un substrat spécifique pour la nourrir, pas de lumière nécessaire pour qu’elle effectue la photosynthèse. Les plantes naturelles, à l’inverse, servent d’habitats à certains poissons. De plus, elles absorbent certaines substances de l’aquarium pour la purifier. Quelques règles d’entretiens sont à respecter pour les plantes :

– Bien enfoncer la racine des plantes pour empêcher que les poissons les arrachent

– Retirer les feuilles mortes ou jaunies dès leur apparition

– Garder la température de l’eau autour de 25 degrés

– Si vous utilisez des plantes ramassées dans la nature, faites-les bouillir avant de l’ajouter à votre aquarium.

Outre les plantes, les racines de formes donnent aussi un très bel aspect esthétique à votre aquarium. Visitez les animaleries afin de trouver la plus adaptée à votre vitrine. Vous pouvez utiliser les racines naturelles dans la nature, cependant la sève qu’elles produisent peut se révéler dangereuse. Si vous commencez dans le domaine, achetez vos racines chez l’animalerie. Les racines ont besoin de rochers pour tenir en place et garder l’esthétique idéale. Pas besoin de l’animalerie cette fois, votre rocher doit juste mettre les racines en valeur.

Veillez cependant à tester si elle est du calcaire : versez quelques gouttes de vinaigre dessus. Dans le cas où la pierre mousse, la pierre ne peut être utilisée. Elle fera grimper la dureté de l’eau ; les pierres de type Okho Stones sont les plus adaptées aux eaux douces. Si vous préférez garder un fond marin tout vert, les plantes gazonnantes pour aquarium recréent le décor d’un bassin d’eau douce au fond de votre aquarium. Elles s’adaptent à toutes les tailles d’aquarium.

Les grottes et l’éclairage

Même si votre aquarium simule une eau douce, les poissons ne sont pas souvent exposés à la lumière brute. Ils ont tendance à se cacher dans des grottes sous-marines ou sous les plantes s’ils sentent un danger. Même chose pour la lumière : quand elle devient trop forte, les poissons se cachent. Or ce genre de configuration est souvent oublié dans les aquariums. Les poissons aussi ont besoin d’intimité ! Créez vous-même la décoration de votre aquarium pour lui donner plus de vie. Noix de coco, rocher creux, crâne humain en plastique, carcasse de voiture ou de bateau… le choix est vaste. N’hésitez pas à en créer plusieurs si votre aquarium accueille une population importante.

Pour finir, contrôlez l’éclairage de votre aquarium autant que possible. Ne l’exposez pas près d’une source de lumière trop forte (fenêtre par exemple). Si le budget vous l’autorise installez un système de lampes LED suspendu au-dessus de l’aquarium, ou intégré directement ou capot. Le choix d’un aquarium ouvert ou fermé n’influence pas grand-chose sur le comportement des poissons. Sauf si ces derniers sont des sauteurs experts, ayez l’habitude de vérifier si vos animaux sont capables de bondir hors de l’eau. Dans ce cas, l’aquarium fermé est de rigueur.

Notre dernier conseil : n’en faites pas trop. Trop de décorations tuent la décoration. Il existe encore d’autres accessoires que vous pouvez installer dans votre aquarium. Encore faut-il qu’il soit assez grand pour créer un fond marin digne des plus grands films. Mais arrêtez-vous à l’essentiel. Plus d’accessoires impliquent plus d’entretien. Si vous n’êtes pas prêts à changer l’eau toutes les semaines et vérifier l’état de chaque accessoire, restez strictement aux graviers colorés, un bulleur et une petite cachette. Parfois les décors les plus simples sont les meilleurs.

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

Chaque espèce de poisson vit dans une eau à teneur nutritionnelle différente. Certains spécimens s’épanouissent dans une composition un peu acide ou neutre et d’autres apprécient un environnement plus basique. Cela explique pourquoi il faut parfois remonter le pH de l’aquarium. Mais tout d’abord, on va vous parler de ce dernier.  

 

Le pH 

Avant de commencer, on va vous définir ce qu’est le pH. Compris entre 0 à 14.7, celui-ci indique si votre eau d’aquarium reste acide, neutre ou basique. Cette valeur est en relation directe avec la dureté du liquide exprimée en GH et KH.  

La première démontre le taux de calcium contenu dans un liquide tandis que la seconde affirme la concentration de carbonate et de bicarbonate dans un fluide. L’une comme l’autre suffit à déterminer si une eau paraît douce ou dure. Un GH ou KH élevé indique un pH en dessus de la moyenne.   

 

Pourquoi augmenter le pH d’un aquarium ?

Il faut accroître le pH du bassin de vos poissons afin de répondre aux besoins de ces derniers. On vous montre quelques exemples à ce sujet. Le Guppy des Caraïbes vit dans une eau à pH autour de 7.5. Le poisson-zèbre à son tour prospère dans une composition à pH compris entre 6 à 7.8.

Si vous aimez l’élégant Black Molly de l’Amérique centrale, sachez que celui-ci apprécie une eau plutôt basique dont le pH s’estime à 7.2 à 8.2. Qu’en est-il du petit Platy reconnu comme une espèce très sociable ? Ce dernier se sent mieux dans une habitation chaude à pH avoisinant le 8.  

Testez l’eau de votre aquarium et celle du robinet 

Avant d’augmenter le pH de votre aquarium, il est nécessaire d’identifier sa valeur initiale.  Passez dans un magasin d’aquariophilie pour tester la neutralité de votre eau. Un échantillon en bouteille est requis pour cette opération.    

D’autre part, vous pouvez effectuer vous-même le calcul du pH. La méthode aux bandelettes est adaptée pour les amateurs en la matière. La technique consiste à acheter des tiges de coton spéciales qu’il faudra immerger dans le liquide.                                                

L’élément en question est imprégné de produits chimiques, il réagit instantanément au contact du fluide. Pour réaliser cette expérience, prélevez dans un verre l’eau de l’aquarium puis trempez-y une baguette. Vous allez remarquer des nuances de couleur peu après. Chaque teinte représente la valeur du pH et du GH ou KH. 

À partir du résultat obtenu, vous saurez s’il faut durcir ou adoucir l’habitation de vos poissons. Le fait de plonger la tige directement dans le réservoir reste risqué. Cela affecte les espèces en raison des composants chimiques qui vont se libérer de la bandelette.   

 

Bicarbonate de soude

On se casse souvent la tête afin d’augmenter le pH de l’aquarium. Pour cela, le moyen le plus pratique et le moins onéreux de tous est l’ajout de bicarbonate de soude dans le réservoir. Ce produit bon marché se vend comme des petits pains donc, vous en trouverez facilement dans le commerce.  

Comment s’en servir ? L’astuce paraît toute simple, elle tourne autour du dosage. Comptez 5 cuillères à café de soude pour 100 l de liquide. Puis, faites le calcul de la quantité en considérant la capacité de votre cuve à poissons.

Après cela, incorporez votre composant dans un bol et ajoutez-y un peu d’eau pour le dissoudre. Ensuite, retirez vos animaux de l’aquarium et placez-les dans un seau rempli d’eau. Après, versez la solution dans le bassin tout en remuant rapidement. Après 30 min, vous pouvez remettre vos petits protégés dans leur habitat.

 

Des débris de dolomites

Les dolomites renferment beaucoup de calcium et de magnésium. De ce fait, ils affectent le pH d’une eau en l’augmentant significativement. Ces éléments se vendent sous forme de granulés sur le marché. Pour en profiter, il suffit de verser une certaine quantité dans le bassin.

Cependant, en agissant de la sorte, les gravillons vont occuper de la place dans le récipient. Donc, insérez les grains dans le filtre-aquarium. Quand l’eau passera à travers le dispositif, elle se chargera en carbonate, d’où la montée du pH. Toutefois, tâchez de bien nettoyer votre appareil afin de dégager les résidus qui se sont encastrés suite à l’opération. 

 

Le calcaire

Si les plantes pour aquarium rendent une eau plus neutre, le calcaire en revanche augmente efficacement le pH de cette dernière. Riche en carbonate, celui-ci accroît le KH de l’habitation. Où trouve-t-on ce type de roche ? Vous pouvez en dénicher quelques blocs dans les magasins d’aquariophilie.

D’ailleurs, ces éléments servent de décoration et font aussi d’excellentes maisonnettes pour les poissons. Par ailleurs, il faudra réguler la quantité de calcaire à incruster dans le bassin. Mieux vaut vous lancer petit à petit plutôt que de mettre d’un coup de gros rochers dans l’aquarium. Une eau trop calcareuse n’est pas un milieu adapté pour la survie de certaines espèces.

Coquilles d’huître concassées

Outre la dolomite et le calcaire, la poudre de coquille d’huître présente aussi les mêmes effets une fois en contact avec l’eau. Sa teneur en calcium est si importante qu’elle assure la montée du pH d’un liquide efficacement.

Mettez votre poudre dans des sacs filtrants et retenez-les avec des ficelles. Ensuite, déposez-les dans le récipient. Si le pH de l’aquarium augmente après une demi-journée, retirez tout simplement les sacs. Dans le cas contraire, ajoutez-en davantage dans le bassin.    

Ce procédé demeure totalement naturel. Il n’a pas de répercussions secondaires sur les poissons. Les produits industrialisés à base d’éléments chimiques en revanche sont peu conseillés pour réguler la neutralité de l’eau.

 

Du « pH-up »

Augmenter le pH de son aquarium n’est pas vraiment compliqué. Les produits connus sous le nom de « pH-up » sont conçus à cet effet. Il s’agit d’une solution chimique disponible sur le marché.

Pour s’en servir, il faut lire les indications imprimées sur l’étiquette de la bouteille afin de déterminer le dosage par litre d’eau. Une fois bien renseigné sur le sujet, vous pouvez verser la quantité exacte de pH-up dans votre bassin.    

La mixture prend quelques heures pour réagir et se mélanger à l’intérieur de l’aquarium. Testez ensuite la neutralité du liquide pour voir si elle a changé. Normalement, votre composition a gagné en dureté suite à cette action.      

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

Le bien-être des poissons commence par la clarté de leur milieu de vie. Ceci est valable pour toutes les espèces en général y compris celles qui vivent dans un aquarium. Il est possible d’avoir une eau cristalline même dans un habitat clos. On vous montre quelques techniques pratiques pour y arriver.  

              

Patientez une semaine 

Quelle serait votre première réaction en présence d’une eau jaunâtre ? Les premières solutions est de laisser un temps de plusieurs jours pour que l’aquarium s’auto nettoie. Eh oui, ce milieu clos arrive à se régénérer faiblement de lui-même de manière naturelle. Après une semaine, la qualité du liquide s’améliore à vue d’œil.

Il faut savoir que le phénomène apparaît à cause des activités des poissons. À force de se mouvoir, ces derniers vont faire décoller les grains au fond du bassin. Une nuée de poussière jaunâtre se forme ensuite, ce qui trouble l’habitation. Tout rentrera dans l’ordre après quelques heures quand l’eau se met de nouveau au repos. 

 

Essuyez le verre de l’aquarium  

Le simple fait d’essuyer la baie vitrée améliore un tout petit peu la qualité du liquide. Certes, cette action n’assure pas le nettoyage intégral du milieu pourtant, en ayant cette habitude, vous gagnez en visibilité.   

Prenez donc le temps de frotter de l’intérieur les parois de votre réservoir à l’aide d’une éponge bien propre. Vous n’avez pas à vider le fluide du bassin pour cette tâche. Ayez tout simplement les mains et le bras bien propres. Ainsi, vous ne contaminerez point l’eau de vos chers poissons.     

Utilisez une meilleure pompe-aquarium

Cet accessoire assure le bon fonctionnement du bassin. L’eau du robinet passe à travers ce dispositif avant de s’incruster dans la cuve. De cette façon, le liquide sera épuré à 95 % et la flore ainsi que les résidus organiques seront éliminés. 

Sans cet auxiliaire, les poissons vont se baigner dans une composition malpropre. Pareillement, un mauvais appareil conduit aussi au même résultat. Comme solution, achetez une meilleure pompe pour aquarium. C’est le gage d’une eau cristalline dans votre bassin.

 

Changez 20 à 30 % de l’eau toutes les semaines

Comment avoir une eau claire dans son aquarium ? Ce milieu fonctionne de manière non naturelle à 90 %. Sans votre intervention, la saleté va gagner du terrain dans le récipient. Cela conduit à une eau troublée, suffocante pour les espèces qui y vivent.

La solution la plus efficace pour réguler cet environnement consiste à renouveler une partie du liquide. Pour cela, retirez 20 à 30 % de cette eau et remplacez-la par une composition bien propre préalablement filtrée.

Pour ce faire, aspirez à l’aide d’un tuyau le fluide tout en gardant un œil sur les poissons. Vous pouvez arrêter quand le niveau du liquide s’abaisse sur les ¾ du volume du récipient. De la même manière, versez ensuite à l’intérieur du bassin une eau purifiée avec une autre canalisation.  

 

Lavez le filtre-aquarium

Un filtre mal entretenu peut être à l’origine d’une eau grisâtre. Cet accessoire se place à l’intérieur ou à l’extérieur du récipient et retient continuellement les impuretés dans l’habitation des poissons. Donc, quand cet élément présente des signes de défaillance c’est tout le liquide qui en paye les frais et devient de plus en plus insalubre. 

Que faire pour surmonter cet obstacle ? Revisitez régulièrement votre filtre sur une fréquence d’une fois tous les mois. Dans un premier cas, il peut s’agir d’un bref nettoyage des différents composants. Dans un second temps, il est possible que les éponges soient usées et ne fonctionnent plus correctement.     

 

Les plantes vivantes

Les accessoires de décoration dans un aquarium ne contribuent pas au nettoyage du liquide à l’intérieur de celui-ci. En revanche, les véritables plantes aquatiques ont un effet bénéfique sur l’état de l’habitation.

Ces dernières se nourrissent des matières organiques rejetées par les poissons dans le fluide. Elles participent à l’épuration du milieu aquatique. Elles jouent en quelque sorte le rôle de nettoyeur pour conserver la transparence de l’eau. Dans ce cas, ajoutez dans votre aquarium, un maximum de plantes naturelles. Et pour les garder en vie, retirez illico les parties mortes telles que les feuilles et les racines.     

  

Limitez le nombre d’espèces à 1 habitant par litre d’eau

Un aquarium peut souffrir d’une surpopulation. Cela engendre à son tour une eau trouble dans ce milieu. Plus le nombre de poissons à l’intérieur du bac est important, plus vite les excréments occuperont de la place. En effet, ces derniers vont se dissoudre plus lentement.  

De manière générale, comptez près de 1 litre d’eau pour une espèce. C’est le strict minimum pour qu’un être vivant puisse survivre. Évidemment, certains spécimens arrivent à vivre en tas comme les sardines. Pourtant, ce n’est pas le cas des petits amphibiens.

Bref, si vous disposez d’un aquarium de 90l, réduisez à 30 têtes le nombre d’individus à l’intérieur de votre bassin. Sachez que les plantes occupent une bonne partie de l’espace, ce qui diminue le volume d’eau réellement versé dans le récipient.         

Replacez votre aquarium    

Faute d’emplacement, l’aquarium réagit bizarrement aux conditions extérieures. Une exposition au soleil favorise la formation et la montée des algues à l’intérieur de votre bac. Ces végétaux ne rendent pas l’eau du réservoir plus claire. En plus, ils ne facilitent pas non plus l’action du filtre sur le liquide.  

De ce fait, il faut retirer de votre récipient à poisson autant d’algues que possible. Et surtout, vous allez placer votre aquarium dans un endroit lumineux à l’abri des rayons directs du soleil. Ainsi, vous freinez la prolifération de ces plantes indésirables dans votre réservoir.       

 

Réduisez la quantité de nourriture des poissons

Le surplus de nourriture non ingéré par les poissons forme des déchets supplémentaires dans un aquarium. La denrée se décompose petit à petit jusqu’à affecter la transparence de l’eau. Pour surmonter ce souci, régulez tout simplement la quantité de pilules pour vos bestioles.

Sachez que ces dernières peuvent tenir plusieurs jours sans manger. D’ailleurs, le fait de jeûner deux fois successives par semaine ne leur fait pas de mal. Au contraire, cela améliore leur appétit. 

 

 

Dernière mise à jour: 14.08.20

 

L’entretien de son aquarium s’avère indispensable pour que vos poissons vivent dans un milieu sain et favorable. Mais encore faut-il savoir comment et à quel moment le faire. On vous révèle dans cet article tout ce que vous devriez connaître pour créer un environnement adapté à vos spécimens.

 

L’importance d’entretenir son aquarium 

Avez-vous déjà imaginé demeurer dans une maison où personne ne fait le ménage ou ne se soucie de l’état des lieux. Pas très agréable, non ? Eh bien, vos poissons vivront cette expérience si vous n’entretenez pas votre aquarium. Il faut noter que ces animaux, qui semblent nager sereinement à l’intérieur font aussi leur besoin dedans. De ce fait, il est normal que ce milieu se salisse au fil du temps. 

En plus, lorsqu’on les nourrit, il y a toujours des restes ou des miettes qui ne sont pas ingurgités. Ces derniers peuvent ainsi s’accumuler, soit au fond du bassin, soit au niveau des parois. À part cela, l’eau devrait aussi être changée assez régulièrement pour fournir un milieu favorable et sain pour les petites bêtes.

 

La pompe, c’est quoi exactement ? 

Une pompe pour aquarium constitue un élément important de votre bassin. En effet, ce matériel sert principalement à purifier et à brasser l’eau. Il a donc pour fonction d’éliminer toutes sortes de saletés qui s’agglutinent et s’accumulent à l’intérieur. D’une quelconque façon, il tend à dépolluer le liquide et aide à apporter de l’oxygène. 

Certains modèles de pompe créent même des courants qui incitent les animaux à se mouvoir pour éviter qu’ils restent inactifs. Petite précision, ce dispositif se révèle différent du filtre. Plusieurs amateurs en aquariophilie confondent ces deux accessoires. Cela peut-être dû au fait que les fabricants réunissent souvent les deux dans un seul pack. Par conséquent, rares sont ceux qui savent faire la distinction.      

L’entretien de la pompe et la fréquence de nettoyage 

Si vous disposez d’une pompe à filtre, sachez que celle-ci combine les deux fonctions de filtration et de pompe. Par ailleurs, ce mécanisme retient toutes les matières qui peuvent être en suspension dans l’eau. Cela inclut évidemment les déjections de poisson, les déchets de nourriture et même les débris de végétation. 

On vous conseille de réaliser un entretien mensuel de cet élément et de son rotor. Vous pouvez utiliser des kits de nettoyage spécifiques pour vous y prendre. Notez que certaines enseignes proposent des lots de gants, d’éponge ou de raclette. Vous pouvez aussi vous servir d’une simple brosse à dents usée pour atteindre les zones difficiles et éliminer les impuretés qui s’encrassent. Veillez à ce que toutes les parties soient bien traitées pour un résultat optimal.          

 

Le rôle d’un filtre dans un bassin

Tout aquarium devrait intégrer un système de purification pour créer un environnement adapté aux poissons. Comme on vous l’a révélé précédemment, il est souvent associé à la pompe puisque ces deux dispositifs s’avèrent complémentaires. En effet, la pompe permet à l’eau de circuler vers les masses de filtration pour un nettoyage du liquide. 

Étant donné que le bassin contient toutes sortes d’impuretés (déjections, reste de nourriture), le filtre les dégrade petit à petit. Concrètement, celui-ci assure que les matières organiques présentes soient éliminées progressivement. De même, il peut transformer l’ammoniaque provenant des excréments de poissons en nitrates. Bref, cet élément joue un rôle essentiel pour que vos animaux puissent jouir d’un milieu favorable à leur développement.    

  

L’entretien du système de filtration

Pour ce faire, vous devriez effectuer un nettoyage récurrent ou un rinçage de la mousse filtrante (ou masse selon le cas). Réalisez cette opération quand vous voyez qu’il y a une certaine saturation à l’intérieur. Prélevez donc un peu de liquide, entre 15 à 40 % du total et changez-le. 

Si possible, n’utilisez pas l’eau du robinet puisque cette dernière contient du chlore. Cela tuerait une grande proportion des bactéries nécessaires qui jouent un rôle d’épurateur biologique dans le bassin. Si vous remarquez qu’au bout de quelques mois, la mousse devient trop « poreuse », il faut alors la remplacer. Faites attention à ne pas enlever la totalité, mais découpez simplement le bloc en deux. Ainsi, les microorganismes utiles et présents sur la partie restante viendront coloniser la nouvelle.      

 

Le changement d’eau est aussi de rigueur 

Le liquide devrait aussi être renouvelé périodiquement. Cependant, il est important de souligner que la proportion d’eau à enlever dépend de l’aquarium en question. En d’autres termes, vous devriez tenir compte de la taille de votre bassin, du type de poissons et de votre système de filtration. 

D’une manière générale, pour un élément de dimension standard (70 à 125 l), il faut changer environ 16 à 30 % du volume. Cette tâche devrait se faire, soit toutes les semaines ou bien toutes les quinzaines. En revanche, si l’aquarium reste assez petit (moins de 60 l), on vous recommande de prélever 26 à 40 % de son contenu. Si vous y mettez de l’eau de robinet, il faut obligatoirement la traiter avec un conditionneur pour éliminer le chlore. Pendant cette opération, vous pouvez en profiter pour nettoyer les parois en vous servant d’une raclette.   

Les choses que vous devriez éviter 

Il convient de préciser qu’il existe quelques erreurs à absolument éviter si vous débutez en aquariophilie. La première reste de « surpeupler » le bassin en question. En effet, lorsqu’on ne connait pas grand-chose en la matière, on peut être tenté de mettre de nombreuses variétés de poissons. Le mieux serait d’élever deux ou trois spécimens dans un seul milieu. 

Ensuite, on vous déconseille de disposer de plantes synthétiques. Certes, ces éléments peuvent s’avérer beaux à voir, mais elles n’apportent pas de réels bienfaits pour vos animaux. Elles peuvent même restreindre leur liberté de mouvement en encombrant l’aquarium. 

Puis, évitez de nourrir de manière excessive vos petites bébêtes. Cela risque de polluer l’intérieur puisque les espèces de poisson domestiques ne sont pas de gros mangeurs. Enfin, ne mettez pas un système d’éclairage trop luminescent, car cela amènerait à la prolifération des algues indésirables.