Dernière mise à jour: 09.04.20

 

Les phasmes sont des insectes épatants qui se camouflent dans les tiges de végétations et de plantes. La présence de ces petites bébêtes reste presque insoupçonnable dans leur environnement naturel. Savez-vous que vous pouvez bel et bien les cultiver dans un terrarium ? On vous donne ici quelques astuces pratiques pour y parvenir.

 

La nécessité d’avoir une culture adaptée

Pour bien réussir sa culture d’insectes, il faut évidemment un endroit approprié pour leur développement. Si vous comptez vous lancer dans cette aventure sans savoir exactement comment vous y prendre, on vous guide dans cet article. D’abord, vous devez créer un milieu où ces petites bestioles peuvent s’abriter. 

Cela vous permettra d’élever ce spécimen et de le conserver dans un emplacement favorable pour sa survie. Vous avez plusieurs possibilités pour débuter. Par exemple, dotez-vous d’un élément en plastique ou en verre. Si vous avez l’esprit bricoleur, vous pouvez vous-même en construire. Néanmoins, si vous souhaitez commencer rapidement la culture, on vous recommande d’opter pour un terrarium pas cher.    

 

Les règles à suivre

Pour créer un milieu favorisant le développement des phasmes, il faudra remplir certaines conditions. En premier lieu, le terrarium devrait disposer de nourritures pour le spécimen. En effet, l’alimentation reste essentielle pour réussir. Ensuite, vous devriez faire en sorte que l’emplacement ait une température ambiante et adaptée. 

N’oubliez pas que ces insectes vivent dans un environnement où la chaleur est constamment présente. Concrètement, il faut que l’endroit ait entre 21 et 25 °C. Puis, vous devriez définir les dimensions exactes de votre culture en tenant compte du nombre d’espèces. Notez qu’une quinzaine de phasmes nécessitera un espace de 20x30x20 cm. Enfin, vous devriez permettre une bonne reproduction de vos futures bébêtes dans la cage. Tous ces points devront être complétés si vous souhaitez réussir dans l’élevage de ce genre d’insectes.

L’aménagement proprement dit de votre terrarium

Après avoir choisi la boîte servant de milieu de culture pour vos insectes, vous devrez par la suite agencer l’intérieur. La première chose à faire consiste à mettre de l’eau en dessous pour apporter une certaine humidité. Puis, coupez quelques branches vertes et intégrez-les dedans. 

En ce qui concerne le système de chauffage, vous avez plusieurs solutions possibles. Le plus facile serait de le placer dans une pièce où la température reste ambiante (environ 20 °C). Sinon, vous pouvez vous servir des éléments chauffants comme un tapis ou un cordon sous le terrarium. Si vous avez un petit ou moyen élevage, vous pouvez simplement placer la structure dans une armoire. Sur le dessus, disposez des feuilles en papier ou des essuie-tout pour permettre une certaine aération. N’oubliez surtout pas de nettoyer et d’éliminer les débris de temps à autre pour entretenir l’environnement.

 

Quels substrats faut-il mettre dans le milieu ?

Cela dépendra du spécimen que vous souhaitez nourrir. Retenez que c’est l’une des conditions de réussite les plus importantes pour votre culture. Si vous disposez de phasmes qui laissent tomber leurs œufs à terre, placez de la tourbe à l’intérieur. Cela amortira la chute de ces derniers pour qu’ils ne se cassent pas. Dans la même mesure, vous aurez la possibilité de mettre tout simplement un papier essuie-tout en dessous. 

Cette méthode semble plus pratique surtout lorsque vous devriez les collecter pour les incuber. Pour les espèces comme le Sipyloidea sipulus qui ont tendance à coller leurs futures progénitures sur un support, servez-vous d’une moustiquaire. Pour les petites bestioles qui enterrent, le sol devra être muni d’un essuie-tout. Intégrez-y également un pondoir de 6 cm de hauteur qui se compose d’un mélange de tourbe et de sable.     

 

La nourriture à mettre dans votre terrarium

À part la mise en place du substrat, l’alimentation de vos insectes ne devrait surtout pas être négligée. Mais rassurez-vous, vous n’aurez pas besoin de faire un investissement conséquent pour nourrir vos bestioles. Notez que la plupart des spécimens mangent du lierre ou de la ronce. Ces deux végétaux ont pour caractéristiques d’être persistants, peu importe les conditions de l’environnement. 

À ce titre, ils conviendront pour votre culture et donc pour vos phasmes. D’autant plus qu’ils restent faciles à trouver (dans les forêts et les sous-bois). La fréquence devrait être hebdomadaire pour créer un milieu sain. Si jamais les plantes ont séché plus rapidement comme en période d’été, vous pouvez les remplacer 2 fois par semaine. Pour certains insectes, vous pouvez intégrer d’autres espèces comme le millepertuis, les feuilles de laurier ou encore le troène.  

Quid de la multiplication ?

Il convient de préciser que certaines espèces ont une méthode de reproduction assez particulière. Effectivement, elle se fait par « parthénogenèse ». Pour faire simple, les mâles et les femelles n’ont pas besoin d’être en relation pour produire des œufs et continuer à survivre. On vous conseille de commencer votre élevage avec ces spécimens si vous souhaitez avoir une culture grandissante à court terme. 

Par exemple, choisissez le Carausius morosus (bâton morose) ou bien le Sypilloidea sypillus (venant de Madagascar). En revanche, il existe aussi des insectes de ce type qui peuvent s’accoupler afin de se reproduire. C’est notamment le cas du Leptinya hyspanica ou du Bacillus rossius qui sont présents dans tout le territoire de l’Hexagone.  

 

Comment se fait l’incubation des phasmes ?

Pour vous assurer que les œufs de votre culture ne périssent pas, vous devriez les « chouchouter ». L’une des méthodes les plus courantes pour ce faire reste leur conservation dans quelques boîtes plastiques. Lorsque vous les aurez récoltés, mettez-les dans un élément troué et contenant de la vermiculite ou du sable. 

Veuillez les disposer de façon à ce qu’ils ne s’entrechoquent pas. Vous pouvez aussi remplacer le substrat précédent par une mousse synthétique. Si vous souhaitez réduire l’apparition des moisissures, on vous conseille d’utiliser une moustiquaire faite en PVC assez souple. Généralement, les œufs s’y accrochent ou s’y collent puis, vous les placerez dans une boîte. Si vous n’avez pas le temps de faire cela, sachez que vous pouvez juste les laisser cloître dans le terrarium.

 

 

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier