Dernière mise à jour: 27.01.21

 

Tous les maîtres se ressemblent et ne pensent qu’à faire plaisir à leurs animaux de compagnie. En adoptant un arbre utilisé spécialement par un chat, on choisit un accessoire pratique pour divertir son félin. Ainsi, en disposant de cet équipement, on parvient à épargner le canapé de ses griffes. Toutefois, certains animaux mettent du temps pour accepter leur nouveau jouet.

 

Comprendre le petit

Dans une certaine mesure, il reste tout à fait possible que l’animal ne profite pas de son arbre. Le problème ne vient que rarement de la taille de ce dernier. En effet, il faut du temps  pour que la bête s’accapare ce nouveau territoire. Elle commence à accepter la présence de cet élément dans son environnement quand elle comprend que cette structure lui est dédiée. Ainsi, la responsabilité de l’éduquer à cet effet revient à son maître.

Parfois, le joujou se situe à un endroit inapproprié. Les chats aiment la hauteur, ils préfèrent avoir une vue sur l’ensemble de la maison. À cet effet, un emplacement qui donne sur les fenêtres convient aussi. Cependant, si la structure est isolée, le petit fripon ne va pas se donner la peine de s’y intéresser. Le mieux s’avère de placer l’élément au sein du lieu de vie de toute la famille. Ce type de félin aime être au centre de l’attention de tout le monde. 

 

 

Placer l’arbre à un endroit stratégique

Les marques de griffes constituent une sorte de langage entre les bêtes. Pour les félins, il s’agit d’une manière de baliser leur territoire. S’ils éraflent le canapé, cela sous-entend que ce lieu leur confère sécurité, qu’ils se sentent bien autour de ce périmètre. Pour qu’ils acceptent de jouer sur le meilleur arbre à chat, il faut les aider à s’acclimater délicatement à ce nouveau terrain.  

Le maître commence alors à captiver l’intérêt du chat en plaçant la structure dans sa ligne de mire. Vérifiez les zones où il fait habituellement ses griffes et mettez le dispositif à côté. L’odeur des herbes à chat suscite la curiosité de ces félins. Ces derniers les adorent. Ainsi, n’hésitez pas à en pulvériser sur toute la surface. D’autres propriétaires choisissent de déposer de la nourriture pour que le minou accepte de monter dessus.

En outre, amusez-le avec des plumes ou des boules de laines suspendues ici et là sur les ramifications de l’accessoire. Au final, vous devrez vous armer de patience puisque chaque animal avance à son rythme. Chez certains, cela ne prend qu’une semaine pour qu’il adhère à cet élément. Pour d’autres, cela demandera plus de temps, voire un mois ou plus.

 

Les enjeux du design de l’accessoire

Les félins accordent également de l’importance aux aspects techniques de l’accessoire. Ils ne choisissent pas au hasard les endroits qu’ils affectionnent et où ils mettent leurs griffes. La présence de poteau reste indispensable. Cette colonne doit afficher une grande solidité et stabilité. D’ailleurs, l’animal teste ces points lors de son passage et dans son quotidien.

Les matières premières qui revêtent l’ensemble doivent être spéciales. Les chats adorent le cuir mais, la corde à sisal constitue leur faiblesse. Ils n’y résistent pas et sautent instinctivement sur les mailles en en voyant. Aucun accessoire n’accompagne les structures basiques et simples. À cet effet, avant de les acheter, préférez plutôt les meubles en pin, en sapin ou en peuplier et surtout en bois non traité.

Ces points pourraient aider si un jour, on choisit de concevoir de ses propres mains un bon modèle à son petit compagnon. Des guides et des astuces sur Internet aident les moins portés sur la chose à réaliser de belles œuvres. Il existe même des tutos pour vous faciliter la tâche.

 

Passer à l’entretien 

Avec les poils et les souillures qui proviennent des pieds de l’animal sans parler des restes de nourriture, des microbes risquent de s’incruster sur l’arbre. S’impose à cet effet un nettoyage régulier de son lieu de vie. Si vous ne maintenez pas l’hygiène sur toute la surface, le chat peut développer des maladies et contaminer ses colocataires humains. Pour bien faire les choses, suivez ces rituels.

 

1ère étape : L’aspirateur

Cet appareil semble le meilleur allié du propriétaire. En un coup de vent, on parvient à se débarrasser des plus petits poils. On économise en temps et en énergie. Une autre alternative s’offre à ceux qui ne souhaitent pas déranger ni troubler leur petit compagnon avec le bruit de l’engin. Il s’agit de la  brosse à vêtements. Si l’on procède une fois toutes les semaines, on maintient l’esthétisme de la structure et on préserve en même temps l’hygiène des lieux.

 

2ème étape : Le recours à la vapeur 

Cette procédure s’avère nécessaire une fois tous les mois. Grâce à elle, on opère un nettoyage en profondeur. Elle éradique les bactéries et conditionne une stérilisation de la zone.

 

3ème étape : L’exposition au soleil

Pour clore ces phases d’entretien, il reste avisé de laisser le dispositif sous le soleil tout un après-midi. Le balcon serait un emplacement idéal à cet effet. Le jardin convient également. Cette technique permet d’éliminer les microbes résistants tels que les acariens.

 

 

Les gestes proscrits

Lors de ces procédures, quelques règles de base doivent être adoptées. Sachez que les arbres ne se lavent pas ni ne se rincent abondamment à l’eau. Un trop-plein de liquide détruirait l’ensemble de la structure et la désagrègerait entièrement. L’humidité à long terme peut irrémédiablement l’endommager.

En outre, le recours à de l’huile essentielle ou à du désodorisant ne s’avère pas nécessaire. Au contraire, ces produits vont faire fuir le matou. Ainsi, il vaut mieux rester dans la simplicité et opter pour les herbes à chat afin de réconcilier notre félin avec son lieu de vie principal. Dans tous les cas, et peu importe le degré de salissure, il ne faut jamais utiliser de l’eau de javel pour humecter l’équipement..        

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments