Dernière mise à jour: 27.01.21

 

Quand vous démarrez dans l’aquariophilie, l’une des étapes les plus importantes de votre activité sera le peuplement de votre petit bassin. Il existe certaines règles à respecter pour que cette procédure se passe sans encombre. Vous trouverez des conseils d’une aide pratique dans cette revue.

 

Préparer le petit bassin

D’une manière générale, quand vous avez acquis votre nouvel aquarium, généralement vous vous occupez d’abord de son montage. Pour ce faire, il vous faudra identifier un emplacement stratégique propice au développement de vos animaux aquatiques et essentiellement à l’abri de la lumière du jour. Notez que cette dernière accentue considérablement la formation et la prolifération des algues. Ainsi, songez alors à un endroit assez éloigné des fenêtres.

La mise à niveau est également une démarche à ne pas sauter. Quand vous choisissez l’endroit d’installation de votre équipement, assurez-vous de la planitude du support pour limiter les désagréments comme les déformations ou les cassures de la structure. Les connaisseurs recommandent l’addition d’une plaque de polystyrène entre le matériel et le meuble. Cela vous donne la possibilité de préserver l’ensemble des vibrations.

La démarche suivante consiste à mettre en place les éléments de décoration qui entreront dans l’ornement de l’intérieur du bac.

Contrôler l’eau dans le réservoir : comment et pourquoi ? 

Vous avez maintenant terminé le montage de votre petit bassin et de tous ses composants (substrat, végétation, pompe). La dernière étape comprend le rajout de l’eau. Avant de commencer, n’oubliez surtout pas que l’eau du robinet peut être néfaste pour vos compagnons à branchies si vous les plongez directement dedans une fois le bac rempli. Notons également que le bocal à poisson se présente comme un écosystème fermé, d’où l’importance de la surveillance de la qualité de l’eau et de son entretien.

Avant le peuplement de ce milieu donc, il vous faudra prendre en compte divers paramètres comme la dureté de l’eau. Elle représente le taux de minéraux contenus dans la solution et est évaluée sur un indice surnommé GH. En dessous de 11, on discernera une eau douce tandis qu’au-delà de 16, elle est considérée comme dure. La moyenne se trouve entre ces deux chiffres.

La teneur en acidité ou le pH (potentiel hydrogène) doit aussi être vérifiée. Si la valeur du pH est inférieure à 7, l’eau est acide et en dépassant ce seuil, elle est basique. Ces facteurs doivent être identifiés avant d’insérer vos poissons, car les conditions de développement de ces animaux varient d’une espèce à une autre. Pour réaliser vos différentes expériences, vous pouvez recourir à un test colorimétrique. Vous avez seulement à prélever un échantillon de l’eau et à le mélanger avec un réactif chimique. Enfin, vous comparez la teinte avec une carte qu’on vous délivrera à l’achat afin que vous ayez connaissance de son état.

Le cycle de l’azote est aussi une phase à respecter dans la mise en eau dans la cuve. Il s’agit des transformations des déchets sous forme d’ammoniac et de nitrites en nitrates. Les premiers sont potentiellement mortels pour les poissons, contrairement aux derniers qui le sont moins. Pour que le processus se passe sans anicroche, vous avez seulement à faire fonctionner le petit bassin vide, le temps que l’intérieur s’équilibre, soit environ 3 semaines. Dès que vous remarquez un taux de nitrites égal à 0, vous pouvez commencer à introduire ses habitants.

 

La phase d’acclimatation

Votre réservoir est maintenant fin prêt pour recevoir le poisson que vous venez d’acheter dans l’animalerie. Cependant, vous faites bien attention à ne pas plonger directement votre compagnon à branchie dans son nouvel habitat. Le choc thermique pourrait lui être fatal.

Pour éviter cela, gardez-le toujours dans son sachet en plastique et laissez-le flotter dans le bac pendant une vingtaine à une trentaine de minutes. Ensuite, ouvrez l’emballage et faites entrer progressivement l’eau du petit bassin dans le contenant afin que les deux milieux se retrouvent à la même température. Dès que vous estimez que le niveau de chaleur est similaire dans le petit sac comme dans son nouvel environnement, vous pouvez lâcher le poisson.

 

Ne saturez pas le petit bassin

S’il s’agit de votre premier modèle, nous vous conseillons de ne pas vous précipiter à acheter toute une population de poissons. Procurez-vous-en simplement quelques-uns, surtout pour passer la période de test de votre bac quant à la dureté de l’eau, son acidité et son taux de nitrites. Notez que si vous introduisez plusieurs poissons d’un coup cela ne fera que décupler la teneur en nitrites du milieu et favorisera une extermination systématique de ses habitants.

Le peuplement de votre bocal doit se faire progressivement. Après l’insertion d’un groupe de poissons, attendez quelques jours, voire une semaine avant d’en ajouter un autre.

Pour trouver l’effectif maximal d’occupant pouvant être contenu dans votre matériel, il vous faudra réaliser quelques petits calculs relativement simples. Il suffit de prendre en compte un litre d’eau pour un centimètre de poisson. C’est-à-dire, un animal de 5 cm aura besoin de 5 l d’eau. Si vous avez donc un équipement d’un volume total de 200 l, vous pouvez y mettre 20 poissons de 10 cm.

Faites tout de même attention à bien vérifier les espèces à introduire. Certains ne peuvent pas cohabiter avec d’autres. En effet, il existe des races plus ou moins agressives, des territoriaux, ou des solitaires. Renseignez-vous auprès de l’animalerie concernant ceux qui peuvent évoluer ensemble dans le même milieu.

Les comportements à observer

Les poissons ne présentent pas toujours la même réaction lors de leur première insertion dans leur nouvelle habitation. Il y a ceux qui s’habituent rapidement à leur environnement et d’autres qui prennent un certain temps avant de s’adapter, certains se cachent, tandis que d’autres refusent de manger.

Il existe cependant des comportements anormaux à observer chez vos compagnons à branchies. Per exemple, si les poissons se frottent entre eux, sur les vitres ou encore sur les décorations, il est possible qu’ils contiennent des parasites externes.

En cas de mauvaises qualités de l’eau, il se pourrait également que vos animaux se retrouvent avec des nageoires collées. Si vous rencontrez des poissons de surface nager constamment dans le fond, vous devrez probablement vérifier la température dans le bac. Dans le cas contraire, si vous les retrouvez à respirer l’air de la surface, cela veut dire qu’ils manquent d’oxygène ou le taux d’ammoniac est assez élevé.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments