Dernière mise à jour: 14.11.19

 

 

L’usage d’un répulsif pour chat s’avère nécessaire dans de nombreux foyers. Différents produits se trouvent aujourd’hui sur le marché, ce qui ne facilite pas le choix. Afin de vous aider à vous décider sur celui à utiliser, voici une liste non exhaustive des possibilités.

 

À quoi sert un répulsif pour chat ?

Il peut y avoir des situations où un chat ne se comporte pas bien, malgré un bon dressage. Évidemment, un minou n’obéira jamais totalement à son maitre. Le seul moyen de lui faire comprendre que certaines choses ne sont pas bien consiste à user d’un répulsif.

Ce produit vous aidera par exemple à empêcher le vôtre de saccager vos plantes en le versant dans le pot ou sur les feuilles. Il n’ira alors pas mastiquer ces dernières ou y faire ses besoins.

Vous pouvez aussi l’utiliser pour maintenir l’animal à distance des endroits où il risque de se blesser ou pire. Certains ont tendance à lécher et à mâchouiller les câbles électriques ou à aller trop près du chauffage quand il fait trop froid dans la maison. Pour éviter qu’il s’en approche, l’usage d’un répulsif s’impose.

Et si vous n’appréciez pas particulièrement les chats, mais que celui de votre voisin aime vous rendre visite, un article adéquat vous permettra de le renvoyer chez lui, sans recourir au balai et sans stresser. Donc dans l’ensemble, le répulsif vous servira à garder le félin loin d’un objet en particulier.

 

 

Quel répulsif utiliser ?

Différentes méthodes aident à ce jour à repousser un matou efficacement. Il faut évidemment choisir celle qui correspondra le mieux à vos envies et votre budget.

  • Les produits dits « naturels » sont accessibles à toute personne, car tout le monde peut en fabriquer ou s’en procurer sans grande difficulté. Le vinaigre par exemple s’achète dans toutes les boutiques et épiceries du coin. Vous en avez peut-être même déjà dans votre cuisine. Il opère particulièrement bien, car son parfum acidulé s’attaque à l’odorat du chat. Servez-vous également d’huiles essentielles à base de lavande et d’agrumes. Il vous suffit donc d’en vaporiser ou d’en étaler sur la surface où vous ne souhaitez pas que le chat passe pour qu’il fasse effet. Bien entendu, quelques-uns nécessitent d’être dissous dans l’eau pour ne pas vous gêner.

 

  • Si le résultat ne vous satisfait pas, il existe également les articles à diffuser, comme la Muraille Verte ou ceux de la Feuille Rouge. Ils offrent une odeur assez forte et agissent rapidement, même si le chat est persistant. À l’inverse de certains mélanges naturels, aucune préparation ne s’impose. On en déniche dans les magasins animaliers, mais aussi sur de nombreux sites spécialisés. Par contre, il faut savoir que ce type ne s’utilise pas souvent en intérieur. En effet, la senteur assez forte peut vous causer des maux de tête, des nausées ou même un malaise. Il convient donc surtout pour un usage dans le jardin. Vous éviterez par exemple que votre matou aille déféquer dans un pot de fleurs posé sur le balcon.

    Aujourd’hui, la technologie permet de repousse un chat qui veut se promener dans une partie de la maison sans vous servir de produit à verser. Les sens du minou sont beaucoup plus aiguisés par rapport aux humains. Certains appareils usent ainsi de l’ultrason pour forcer l’animal à s’éloigner. Il peut entendre des fréquences assez hautes ou basses qui le dérangent particulièrement. Il ne s’aventurera alors pas à proximité. Les dispositifs à pulsation d’air fonctionnent également de la même manière. Pour prévenir une mise en marche permanente de l’appareil et donc une consommation élevée en énergie, les modèles les plus récents ont aujourd’hui un détecteur de mouvement. Il s’active ainsi quand l’animal s’en approche et s’éteint aussi tôt dès que ce dernier s’éloigne.

 

Comment choisir le répulsif adéquat ?

Dans la mesure du possible, il est conseillé de se procurer un produit naturel. Cela évitera les problèmes de santé, que ce soit pour vous ou pour le matou. En effet, certains répulsifs ont des composants chimiques nocifs. On parle ici des modèles à vaporiser fabriqués en usine. Ils peuvent vous causer plus de tort que de bien et ne sont pas conseillés même pour le jardin ou la terrasse. Certaines personnes ont en outre constaté qu’ils agissaient aussi sur le sol de leur jardin, tuant alors les plantes qu’ils voulaient protéger à la base. Par ailleurs, les « faits maison » vous coûteront moins cher. Il vous suffit de vous servir des divers éléments que vous avez déjà chez vous pour en fabriquer.

Préférez en outre les produits peu salissants et particulièrement si vous utilisez à l’intérieur de votre habitation, que ce soit dans le salon, dans la chambre à coucher ou ailleurs. Vous préviendrez ainsi les taches gênantes gâchant l’aspect de la pièce dans laquelle vous l’usez. On parle ici des marques de gras et des traces dégoulinantes sur les meubles et les coins.

Il est donc préférable d’aller sur un site dédié, dans une animalerie ou encore dans une pharmacie pour acheter le meilleur répulsif pour chat adapté à votre situation. Vous y trouverez un large choix qui vous permettra de sélectionner celui qui s’adaptera à vos besoins et à votre budget.

 

 

Savoir s’en servir

Dans la majorité des cas, il ne s’agit pas de diffuser partout ou de le poser dans un coin pour qu’il soit efficace et sans danger. Rappelez-vous que la quantité importe grandement dans l’utilisation d’un répulsif. Si vous n’en mettez pas assez, le chat ne s’en souciera pas et s’habituera après quelque temps. S’il y en a trop, vous comme l’animal, risquez d’être gênés, notamment pour votre odorat. Une senteur trop forte vous causera alors plus de problèmes.

Quant à la fréquence d’application, pensez à en remettre au moins une fois toutes les semaines. En outre, lorsque vous nettoyez la maison de fond en comble, l’efficacité du produit diminuera immédiatement. Il faut donc en rajouter après avoir terminé l’entretien de la pièce.

Veillez également à marquer tous les endroits où le chat ne devra pas aller. Pour les emplacements proches, mettez-en sur chacun et non seulement sur un seul. L’animal risque en effet de privilégier le moins odorant pour satisfaire ses envies.