Dernière mise à jour: 27.01.21

 

Si vous avez eu l’occasion de feuilleter les rudiments du compostage, vous avez peut-être lu que la litière qui se destine au chat de type classique n’était pas éligible à ce titre tout comme les moules et les poussières d’aspirateur. Où mettre tout ça ? Quel impact sur l’environnement ? Nous vous disons tout ici.

 

Quels enjeux réels les litières représentent-elles sur l’environnement ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes lorsqu’on jette un œil à la consommation de ce genre de produit. En 6 mois et quelques on dénombre déjà environ 195 900 600, chiffres qui ne cessent de grimper à la vitesse de la lumière au fur et à mesure que le temps passe.

Une à deux litières pour chat sont commandées par seconde, donc imaginez l’étendue de cette consommation sur un an. On a recensé 400 millions de kilos de déchets de litière chat à la seconde. D’ailleurs, la France est connue comme l’un des pays qui comptent le plus de chats, 10 millions pour être exact. L’Allemagne est juste devant tandis que la Grande-Bretagne suit la France de peu. L’Italie clôt le top 4.

Si ces chiffres ne vous effraient pas encore, imaginez qu’un seul chat consomme une litière aussi volumineuse qu’une voiture grand modèle, donc avec les 10 millions restants, cela risque de tourner au vinaigre.

Certes, les banlieusards ne balancent pas leurs déchets de litière partout, mais même s’ils les incinèrent, la fumée générée par ce processus nuit déjà à l’environnement. C’est sans parler des substances chimiques destinées à repousser les parasites présents dans la plupart de ces produits.

 

 

Quelle est alors la solution ?

Face à ce risque grandissant qu’est la multiplication des fumées et poussières de litières pour chats dans la nature, ceux qui militent pour sauver la Planète lancent un appel : celui de se mettre au biodégradable. Les idées reçues montrent que son prix en fait hésiter plus d’un, pourtant pour 5 euros, on vous livre une litière végétale des plus correctes.

Elle met beaucoup plus de temps à être changée et facilite la tâche de monsieur tout le monde au quotidien. Le consommateur n’a en effet plus à incorporer la litière dans ses déchets domestiques, il la jettent dans les toilettes et voilà. Cette innovation a aussi le mérite de mettre plus à l’aise le chat, qui avant remuait sans arrêt ses pattes en sortant du bac pour se débarrasser de la poussière. Votre appartement ne sentira plus l’urine et les excréments de félins, ce qui constitue un tout autre point positif à cette nouvelle trouvaille.

Il ne s’agit pas non plus de prendre n’importe quel produit qui nous tombe sous les yeux. Parmi les litières biodégradables, on a le choix entre plusieurs matières premières contrairement aux traditionnelles uniquement fabriquées en argile verte. Ainsi il n’en tient qu’à vous de sélectionner l’essence de bois qui vous convient le mieux parmi par exemple le chanvre, le pin ou encore le peuplier.

Si vous êtes adeptes du compostage, vous pouvez aussi jeter l’intégralité de votre litière biodégradable dans le compost. Les microorganismes y puiseront leur énergie, et comme il y en aura beaucoup, ils vont s’en donner à cœur joie. Vous verrez que votre compost prendra vite forme. En ce qui concerne le dosage, pour un bac de litière ajoutée, pensez à verser deux bacs de végétaux mous et humides, de reste de pelouse, de peaux de légumes et de fruits.

 

Le chat et la litière dans l’appartement : les risques

Ce produit dont nos chats ne peuvent se passer peut entraîner des troubles respiratoires chez les plus sensibles en plus des poils qui trainent ci et là. En effet, il dégage une poussière plus ou moins nocive.

Dans ce cas, des spécialistes dans le domaine recommandent fortement de changer et vider la litière dehors, sur le balcon ou à la terrasse pour ceux qui vivent en appartement afin d’éviter des maladies comme la sarcoïdose ou BBS. Elle touche principalement les poumons, mais peut s’étendre à d’autres organes. Dans les cas les plus critiques, elle apparaît sur la peau et entraîne le gonflement des ganglions.  

Il existe également d’autres maladies que vous pourriez contracter par l’intermédiaire de votre chat et de sa litière, comme la maladie d’Alzheimer. Les excréments, voire le bac du félin, s’il est mal entretenu ou si vous ne prenez pas vos précautions pendant le récurage peuvent contenir des vers appelés Toxoplasma gondii. Ils s’attaquent d’abord aux muscles, et voyagent jusqu’au cerveau. Ils restent présents dans n’importe quel chat et n’affectent que les plus faibles en défenses immunitaires.

C’est à peu près pareil pour l’Homme. Il se peut aussi que cette maladie favorise l’apparition de kystes et de complications chez la femme enceinte. Cela risque en effet à son futur bébé d’avoir des blessures aux yeux.

 

 

Quelles précautions prendre ?

Face à un tel risque sur la santé, les propriétaires de chats et particulièrement les femmes en attente d’un heureux événement doivent faire attention. En ce sens, si vous pouvez compter sur quelqu’un d’autre pour renouveler la litière, laissez ça aux autres membres de la famille. Sinon, entretenez minutieusement le bac. À chaque changement, lavez-le à l’eau savonneuse, puis rincez-le à l’eau de Javel. Enfilez toujours des gants pendant l’entretien. N’oubliez pas de vous désinfecter les mains à chaque fois.

Si vous voulez laisser votre empreinte sur ce monde et réaliser un acte bienveillant envers la nature, tout en vous simplifiant l’existence, optez pour les litières végétales. Elles ont l’avantage de limiter les mauvaises odeurs, absorbent deux fois plus que les classiques, coûtent moyennement, et ne collent pas aux pattes. Toutes se désintègrent dans l’eau des toilettes. Les fabricants en proposent sous forme de granulés, de copeaux ou de fibres de bois, de papier recyclé, ou de rafle de maïs.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments