Dernière mise à jour: 02.07.20

 

Les tortues, les reptiles, les souris, les insectes et les petites bêtes en tout genre requièrent des soins spécifiques par rapport aux chiens et aux chats. Ils ne peuvent en effet pas dormir dans un lit, ou aller et venir dans la maison comme bon leur semble. Voici donc quelques recommandations pour leur installer le meilleur endroit pour vivre chez vous.

 

1. Sélectionner rigoureusement les composants

On ne met pas ce qu’on veut dans un vivarium. Il existe deux types de climats, sec et humide, et il faut en tenir compte. Dans le premier évoluent les lézards, les serpents, les tortues, les reptiles en général et les cactus. Dans le second vivent surtout les souris, les hamsters, et autres bestioles du genre.

Plusieurs paramètres entrent en jeu dans la sélection d’un vivarium confortable pour vos animaux, dont la taille de celui-ci. Regardez à long terme et visualisez la situation une fois que vos plantes et vos bébêtes auront bien grandi. Le vivarium doit leur offrir de l’espace pour se mouvoir, grimper, dormir, jouer, ou encore se dorer la pilule. Trop d’espace vide requiert également plus d’énergie pour le chauffer, et donc vous aurez à investir dans un éclairage performant et pas toujours donné. Par conséquent, intégrez toutes ces données dans vos calculs avant de foncer tête baissée dans un produit quelconque.

Il est important d’instaurer des climats différents dans le vivarium, surtout si vous élevez des reptiles afin de reproduire leur environnement naturel. En effet, il faut bien qu’ils aient un coin où se rafraichir et un autre où se réchauffer. L’un ou l’autre seul ne suffit pas. Les alligators se prélassent sur la plage pour se réchauffer par exemple et passent le reste de leur temps dans l’eau. Un thermostat vous serait bien utile pour ça.

La position de la porte compte tout autant pour votre confort. La plupart préfèrent les modèles qui s’ouvrent par devant ou le côté. Cela rend la bête moins craintive. Mais il en existe aussi avec ouverture par le toit.

Pour des raisons financières ou parce qu’ils ne trouvent pas la taille adaptée, certains propriétaires construisent eux-mêmes leurs récipients. Si vous en faites partie, optez pour du verre, facile à entretenir et sain. Si vous avez du mal à en trouver, prenez des planches en bois que vous envelopperez de polyuréthane qui simplifie également le nettoyage.

2. Procéder par étape sans se presser

Une fois que vous aurez mis sur pied votre cage en verre ou en bois, commencez par disposer ce qui servira de sol ou plancher à vos espèces. Si vous insérez des plantes vertes qui nécessitent d’être arrosées régulièrement dans votre vivarium, et que vous ne voulez pas que l’eau s’agglutine au fond, multipliez et variez les couches. Dans ce cas, vous courez moins de risque que les racines pourrissent. 

Mettez donc une première couche épaisse de 2.5 cm composée de gravier ou d’argile compacte. Installez ensuite par-dessus une barrière ayant pour rôle de protéger les habitants d’en haut de celle-ci. Pour ceux qui ont peu de moyens, des restes de votre boite d’œufs et un bout de film plastique font l’affaire. N’oubliez cependant pas de le recouvrir d’une protection toujours.

Ensuite, versez par-dessus de la tourbe, des écorces, de la mousse, et finissez en répartissant des feuilles à la surface. Cela constituera la litière et le sol à proprement parler. Votre lézard, serpent, souris, ou hamster pourra y plonger, jouer, ou même y rester terré. Veillez donc à ce que cette partie de la cage puisse le tenir au chaud. Dans cette optique, on dispose souvent un tapis chauffant en dessous. 

Mettez alors du substrat en abondance afin d’éviter les brûlures à votre bestiole. Maintenant, de quel matériau ou essence de bois on parle ? Beaucoup choisissent le sable, car il maintient bien la chaleur, les gros grains permettent de s’enterrer facilement. Le hic se situe du côté du propriétaire qui rencontre des difficultés à le nettoyer. Ce n’est pas non plus le moins cher et si votre animal en avale au fur et à mesure, surtout pour une tortue, cela peut finir par nuire à sa santé.

Si vous craignez les bactéries, optez pour des copeaux de bois, et de pin notamment. Cela représente une solution économique surtout si vous changez de substrat régulièrement. Si vous élevez des iguanes, de gros lézards, il leur conviendra très bien. Le hêtre semble une bonne alternative, mais rien ne vaut le tremble déchiqueté. 

Celui-ci coûte largement plus cher que les autres, certes, mais si vous voulez le meilleur pour vos animaux, il faudra en payer le prix. Il simplifie également les nettoyages hebdomadaires. Dommage qu’il ne fasse pas un bon isolant et transmetteur thermique. 

Vous pouvez faire pousser une pelouse naturelle dans votre vivarium, seulement attendez-vous à plus de travail d’entretien. Arrosez le tout en pluie d’eau déchlorée pour les modèles tropicaux et tempérés uniquement. En laissant l’eau du robinet reposer quelques heures, vous vous débarrassez du chlore à l’intérieur. Si vous n’avez pas de temps à perdre, versez-y une petite quantité de conditionneur d’eau pour aquarium, cela marche aussi.

3. Faire doublement attention

Au moment de remplir votre vivarium, faites bien attention de ne pas y glisser de produits toxiques, même sans le savoir. Bannissez ainsi les plantes cultivées en pot, ou encore les colles toxiques avec lesquelles vous fixez par exemple l’éclairage ou les éléments du décor comme des plantes ou une mousse artificielle. Cela vaut aussi pour le substrat. Si vous posez la nourriture de votre animal à même le sol, il pourrait en avaler par mégarde et s’intoxiquer.

Les vivariums vendus dans les animaleries sont toujours pourvus de couvercle. Par contre, si vous concevez vous-même le vôtre, ne vous contentez pas d’un simple grillage comme toit. Celui-ci engendrerait une perte de chaleur conséquente dans la cage, vos espèces pourraient en souffrir. Cette partie maintient également le taux d’humidité à l’intérieur constant, même si à l’extérieur celle-ci règne en maître parce que la pièce manque par exemple d’ouverture.

Certains se questionnent peut-être concernant la nature de la lampe à insérer dans le vivarium. En effet, il ne s’agit aucunement des ampoules que vous trouvez sur le marché de l’habitat et de la maison. Elles ne sont pas assez puissantes pour faire pousser des plantes ou assurer le bien-être des reptiles. Il vous faut un modèle capable de produire 6000 K environ. N’oubliez pas les instruments de mesure de la température, de l’humidité, et les outils de renouvellement de l’air ou de l’eau comme la pompe.

Si vous rapportez de nouveaux amis à votre reptile ou votre rongeur de l’animalerie ou du refuge afin qu’il ne se sente pas seul, ne jetez pas directement ce dernier à l’intérieur. Isolez-le d’abord et faites-lui passer des examens pour voir s’il est en bonne santé. Après 30 jours d’observation, vous pourrez les faire rencontrer. Là encore, faites attention, car ils pourraient s’attaquer. Prenez donc des espèces qui savent cohabiter.

Si vous estimez plus intéressant d’acheter votre vivarium prêt à l’emploi au lieu d’en faire chez vous, nous avons cherché pour vous les meilleures offres.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments